Les Éditions de la Noraye

Petite vengeance deviendra grande
Le culte des déesses
Une fille ça ne pleure pas
Les Frincekanoks
Le courage du mouton
ainsi que les albums pour enfants
Une amitié explosive
Le grand projet
Pyro fugue
et
Le visiteur
sont désormais disponibles
en format numéique.
Visitez le site dont l'adresse apparaît
ci-dessous pour les commander.
http://vitrine.entrepotnumerique.com


12,95$


19,95$


12,95$


En vente en librairie





Accueil / Voir nouveaux textes
Voir anciens textes
Livres de l'auteur



À propos de ce blog
Ce blogue est destiné aux gens qui aiment la littérature québécoise et la langue française. L’auteur apprécierait particulièrement que les lecteurs qui connaissent ses livres lui fassent part de leurs commentaires pour qu’il puisse échanger avec eux.

L’actualité littéraire est au cœur des échanges d’opinion possibles et quiconque veut faire connaître ses opinions sur des publications récentes ou faire part de la publication d’une œuvre y est le bienvenu.



À propos de l'auteur
(Sherbrooke, 31 mai 1942- ) Claude Daigneault fait ses études classiques au Séminaire Saint-Charles Borromée de Sherbrooke. Il entreprend une carrière de rédacteur publicitaire à Toronto en 1961, puis il devient journaliste à L'Événement et au Soleil de Québec dès 1963. Il restera au Soleil jusqu'en 1979, tour à tour rédacteur-traducteur aux informations internationales, chroniqueur à l'éducation, directeur de la section Arts et Lettres, critique d’art, de littérature et de cinéma, éditeur des informations internationales et chef de pupitre. Ses fonctions l'amèneront également à faire des reportages dans plusieurs pays. Claude Daigneault quitte le journalisme en 1979 et entre à l'Institut québécois du Cinéma comme directeur, puis administrateur de l'aide à la scénarisation. En 1984, il occupe le poste de directeur des Communications à Téléfilm Canada. Il revient ensuite au journalisme, de 1985 à 1993, alors qu'il est chef adjoint du service français de la Presse Canadienne, puis responsable des textes documentaires. En 1993, il retourne à Téléfilm Canada en tant qu'analyste de scénarios. De 1998 à 2005, il est script-éditeur et scénariste pour diverses compagnies de production de films et de séries télévisées. Depuis, il consacre la majeure partie de son temps à écrire des romans et des nouvelles.

Quelques sites que nous aimons
Suzanne Olivier
De ma culture à la vôtre
Culture Lanaudière
Luciole
Pause lecture

Les Éditions de la Noraye

« Lors même qu’on n’est pas le chêne ou le tilleul, Ne pas monter bien haut, peut-être, mais tout seul ! »

(CYRANO DE BERGERAC, d’Edmond Rostand, second acte, scène VIII)





2013-06-05 - 09:08:58

Nouveautés en littérature jeunesse (14)


Nouveautés en littérature jeunesse (14)




NDLR : VEUILLEZ NOTER QUE LA CHRONIQUE DE CLAUDE DAIGNEAULT NE SERA PAS PUBLIÉE DURANT LE RESTE DU MOIS DE JUIN POUR RAISON DE VACANCES.


La citation du jour :

« Le livre est l’ami de la solitude. Il nourrit l’individualisme libérateur. Dans la lecture solitaire, l’homme qui se cherche lui-même a quelque chance de se rencontrer. »
(Georges Duhamel, écrivain français, 1884-1966)

MA COUSINE EST UN OEUF
Auteure : Suzanne Julien
Illustrations : François Thisdale
Série : Gaspar
Éditions Pierre Tisseyre

Quelle famille bizarre que celle de Gaspar ! En fait, 0n devrait utiliser le pluriel pour en parler puisque le jeune garçon change de famille chaque samedi : il passe une semaine avec ses parents adoptifs et la semaine suivante avec ses parents naturels.
Nouveautés en littérature jeunesse (14)

Il s’amuse avec un chien invisible et il est mêlé à des événements complètement farfelus où sa parenté naturelle est à la fois humaine et animale : « deux dragonnes», un géant, une magicienne, une sorcière et des parents encore plus originaux.

Sesparents adoptifs et lui arrivent à la campagne chez les parents naturels à l’allure plus que bizarre au moment où un œuf multicolore est sur le point d’éclore pour permettre la naissance d’un bébé-dragon. Et c’est à ce moment que ça va se compliquer à cause des parents adoptifs de Gaspar qui boivent un jus qui n’en est pas un.

L’humour des événements et des dialogues est à la mesure des jeunes lecteurs et lectrices (7 –9 ans) qui en sont à leurs premiers petits romans ; il peut aussi convenir à de plus jeunes enfants de la maternelle à qui les parents ont l’habitude de lire des contes.

Les illustrations sont de bonne dimension et affichent un trait qui semble inspiré du dessin animé. C’est une aventure légère qui amusera beaucoup.

La série comprend plusieurs titres écrits par Suzanne Julien, une auteure qui a aussi écrit des romans pour adultes.


ROBIN DUBOIS BON TRUAND
Auteure : Geneviève Guilbault
Collection : Papillon
Éditions Pierre Tisseyre

Ce roman est destiné aux 12-15 ans en raison de sa thématique et des enjeux de l’histoire où la distinction entre le bien et le mal est explorée avec beaucoup d’adresse.

Robin est un garçon de 12 ans possédé par le goût irrésistible de voler. Il se place dans des situations difficiles et doit vivre avec la tromperie et le mensonge. Son père est en prison et Robin lui rend fréquemment visite. On ne connaîtra pas la raison de sa condamnation, mais on devine un homme qui n’est pas dupe des activités de son fils et qui ne les approuve pas.

Le héros est un marginal avec son crâne rasé qui lui vaut les quolibets et le harcèlement des « baveux » de sa classe. Il s’en sort tant bien que mal. C’est un petit voleur particulier : en fait, comme un Robin des Bois des temps modernes, il distribue à sa manière le fruit de ses larcins.
Nouveautés en littérature jeunesse (14)

Le roman vaut beaucoup par la relation entre sa mère et lui, une femme qui trime dur pour surmonter les difficultés de sa situation sans la présence de son mari. On découvre petit à petit la réalité d’une famille éclatée. Mais, propulsé par l’amour et la confiance que lui manifeste sa mère, Robin va apprendre à se responsabiliser.

Une vague de vols à l’école qu’il fréquente est l’occasion pour lui de se lancer dans une recherche des coupables qui lui fait prendre conscience de la situation économique difficile de certains élèves.

La structure du récit est particulièrement bien ficelée. L’histoire est écrite au « je » ; mais le plus fascinant est que Robin et sa « conscience » discutent constamment de sa situation, des gestes qu’il veut poser, de l’évaluation qu’il fait des « suspects », des plans qu’il échafaude pour intervenir sur le terrain, de sa relation avec sa mère, de ses amis. Bref, sur un ton qui n’a rien de moralisateur, l’auteure nous tient en haleine du début à la fin en ménageant des retournements de situation, des dangers, du mystère. Curieusement, l’histoire trempe aussi dans une ironie qui lui donne un ton inhabituel pour un livre destiné à un tel public de jeunes.

Je le recommande.

LES SOUCIS D’UN SANSOUCY –2-
CATASTROPHE
Auteur : Yvon de Muy
Illustrateur : Jean Morin
Les Éditions Michel Quintin

Cette fois on change totalement de registre. Voici un roman inhabituel à la présentation insolite, qui donne vie à un « héros » de 10 ans maladroit, qui a fréquemment honte de lui et qui souffre d’un inconfort marqué quand il est en groupe.

Écrit à la première personne, le livre ressemble au journal de ce qui serait un très jeune monologuiste invité à faire un spectacle sans se rendre compte qu’il est comique.
Nouveautés en littérature jeunesse (14)

Le propos de départ est déjanté : le chien de Laurent, appelé Pot-de-colle, a avalé son porte-bonheur, croyant qu’il s’agissait d’une friandise. Avec ses amis Marie-Pier (qu’il surnomme « Marie-Brute » à cause de son petit côté « peste ») et Charles Lee (un Chinois qui chuinte) il cherche à provoquer « l’évacuation » de l’objet.

Ce point de départ scatologique ( !) lance Laurent sur la pente savonneuse des désagréments qui se suivent à la queue leu leu, et ce à la deuxième journée seulement du retour à l’école en quatrième année, alors qu’il est amoureux de sa nouvelle et belle prof, Anne-Sophie.

Est-ce absurde ? Totalement ! Mais d’une absurdité à la hauteur des jeunes lecteurs/lectrices qui ont l’âge du héros et de ses amis. Laurent a une imagination aussi fulgurante qu’incontrôlable. Il voit la réalité à travers la loupe de ses émotions qui lui font la vie dure comme s’il avait été oublié seul dans un wag0n de montagnes russes. Ça se lit en vitesse et ça se rit d’une page à l’autre.

L’originalité du livre doit beaucoup aux très nombreuses illustrations caricaturales de Jean Morin ; on retrouve un lien de parenté avec les « comic books » ou les dessins d’humour à l’américaine dans les magazines.

La mise en page des textes et des dessins est ahurissante d’imagination. Les titres de chapitre sont en caractères aussi gros que des manchettes de journaux. À un certain moment, on sent une parenté avec le cinéma grâce à des retours en arrière ou à un montage d’actions en parallèle.

Les jeunes de 9 à 12 ans et plus vont l’adorer. C’est étonnant ce que la littérature jeunesse québécoise a d’imagination depuis quelque temps.

Claude Daigneault
Nouveautés en littérature jeunesse (14)




2013-07-07 - 23:25:23
Geneviève Guilbault

Bonjour monsieur Daigneault,

Je tenais à vous remercier pour la lecture de mon tout premier roman. Vos commentaires sont très agréables à lire et m'encouragent à poursuivre la belle aventure de Robin Dubois.

Vous pourrez vous procurer la suite de cette série au printemps 2014 pour le tome 2 et à l'automne 2014 pour le tome 4.

Je vous souhaite une très agréable journée,

Geneviève Guilbault






Pour laisser un commentaire, remplissez ce formulaire.

Votre nom ou alias
Votre site web
Votre adresse de courriel (optionnel)
Vos commentaires
Vérification pour réduire les pourriels: entrez le numéro affiché ci-contre

Numéro: