Les Éditions de la Noraye

Petite vengeance deviendra grande
Le culte des déesses
Une fille ça ne pleure pas
Les Frincekanoks
Le courage du mouton
ainsi que les albums pour enfants
Une amitié explosive
Le grand projet
Pyro fugue
et
Le visiteur
sont désormais disponibles
en format numéique.
Visitez le site dont l'adresse apparaît
ci-dessous pour les commander.
http://vitrine.entrepotnumerique.com


12,95$


19,95$


12,95$


En vente en librairie





Accueil / Voir nouveaux textes
Voir anciens textes
Livres de l'auteur



À propos de ce blog
Ce blogue est destiné aux gens qui aiment la littérature québécoise et la langue française. L’auteur apprécierait particulièrement que les lecteurs qui connaissent ses livres lui fassent part de leurs commentaires pour qu’il puisse échanger avec eux.

L’actualité littéraire est au cœur des échanges d’opinion possibles et quiconque veut faire connaître ses opinions sur des publications récentes ou faire part de la publication d’une œuvre y est le bienvenu.



À propos de l'auteur
(Sherbrooke, 31 mai 1942- ) Claude Daigneault fait ses études classiques au Séminaire Saint-Charles Borromée de Sherbrooke. Il entreprend une carrière de rédacteur publicitaire à Toronto en 1961, puis il devient journaliste à L'Événement et au Soleil de Québec dès 1963. Il restera au Soleil jusqu'en 1979, tour à tour rédacteur-traducteur aux informations internationales, chroniqueur à l'éducation, directeur de la section Arts et Lettres, critique d’art, de littérature et de cinéma, éditeur des informations internationales et chef de pupitre. Ses fonctions l'amèneront également à faire des reportages dans plusieurs pays. Claude Daigneault quitte le journalisme en 1979 et entre à l'Institut québécois du Cinéma comme directeur, puis administrateur de l'aide à la scénarisation. En 1984, il occupe le poste de directeur des Communications à Téléfilm Canada. Il revient ensuite au journalisme, de 1985 à 1993, alors qu'il est chef adjoint du service français de la Presse Canadienne, puis responsable des textes documentaires. En 1993, il retourne à Téléfilm Canada en tant qu'analyste de scénarios. De 1998 à 2005, il est script-éditeur et scénariste pour diverses compagnies de production de films et de séries télévisées. Depuis, il consacre la majeure partie de son temps à écrire des romans et des nouvelles.

Quelques sites que nous aimons
Suzanne Olivier
De ma culture à la vôtre
Culture Lanaudière
Luciole
Pause lecture

Les Éditions de la Noraye

« Lors même qu’on n’est pas le chêne ou le tilleul, Ne pas monter bien haut, peut-être, mais tout seul ! »

(CYRANO DE BERGERAC, d’Edmond Rostand, second acte, scène VIII)





2013-07-31 - 09:07:19

Nouveautés en littérature jeunesse (18)


Nouveautés en littérature jeunesse (18)



La citation du jour :

« Le temps va plus vite quand les gens veulent l'arrêter. »
(Dany Laferrière, écrivain québécois, 1953-.)


LES MAUX D’AMBROISE BUKOWSKY
Auteure : Susin Nielsen
Traduction de l’anglais canadien : Rachel Martinez
Éditions : La Courte Échelle
En formats papier et numérique

« Regarde les choses en face, Ambroise ; tu énerves pas mal les gens. » Lorsque le voisin Cosmo fait cette simple remarque au garçon de 12 ans, elle lui coule dessus comme sur le dos d’un canard. Et pourtant, s’il la prenait en considération, il s’éviterait la majorité des désagréments qui jalonnent l’existence du jeune héros, qui habite avec sa mère.

« Désagréments » n’est pas peu dire. Le plus important dans la vie d’Ambroise, c’est… sa mère. Marquée par son divorce, cette intellectuelle ne parvient pas à garder un emploi aux universités où elle obtient des postes temporaires de chargée de cours, en rêvant qu’on lui offre un poste à temps plein. De démission en démission, elle oblige son fiston à une « ruée vers l’Ouest » d’une vile universitaire à l’autre.
Non seulement Ambroise n’a pas le temps de se faire des amis, il subit du même coup le tempérament hyper protecteur de sa mère, qui a transformé son amour pour lui en une suite de recommandations, de règles et d’habitudes. Et tout cela dans un climat où l’humour surgit à chaque page, même dans les situations de harcèlement dont le pré-ado est victime. La cerise sur le gâteau ? Ambroise souffre d’une violente allergie aux arachides et sa vie en est bouleversée presque chaque jour parce que sa mère ne cesse de le mettre en garde et de le répéter aux profs, aux serveurs de restaurant, aux voisins. Mais comme ses fréquents changements d’emplois et les déménagements qui s’imposent les maintiennent dans une situation économique précaire, les sorties au restaurant ou chez des amis sont d’une extrême rareté.
Nouveautés en littérature jeunesse (18)

Ce roman jeunesse (à savourer par les adultes) a l’originalité d’être structuré comme le jeu de scrabble auquel Ambroise et sa mère s’adonnent tous les soirs (pour oublier que leur téléviseur ne capte qu’une seule chaîne, Radio-Canada…) Et vécu à la première personne, il entoure les réflexions, les échanges verbaux, les comportements du jeune héros en traits d’humour involontaires même dans des situations pénibles de harcèlement. À sa mère qui est au bord de la crise de nerfs devant ces gestes, Ambroise se contente de dire que « le harcèlement, ce n’est pas la fin du monde ».

Dans cette cacophonie qui marque la vie du garçon, un événement va avoir une grande importance : l’emménagement dans un petit appartement au sous-sol à Vancouver, va le mettre en contact avec un vieux couple grec généreux et farfelu et leur retour à la maison de leur fils Cosmo (repris de justice qui sort de prison).

Ambroise se familiarise avec l’attrait du sexe féminin et, grâce à Cosmo, fait l’apprentissage du courage en soi, tout en se mettant dans des situations ridicules qui n’altèrent pas sa progression vers l’affirmation de soi. À vous de découvrir comment.

Ce roman joue aussi un rôle éducatif. Chaque titre de chapitre offre un certain nombre de mots qu’on peut former comme il est possible de la faire dans le jeu de scrabble. Une idées très originale.

En concluant, je veux souligner l’excellent travail de traduction de Rachel Martines (en dépit de petits anglicismes du genre «faire du sens » plutôt « qu’avoir du sens ».) Elle a traduit l’anglais canadien en québécois et a emprunté à la réalité d’ici les noms d’entreprises, les titres d’émissions de télévision, les noms des vedettes locales etc. Ça rend le livre familier non seulement aux petits Québécois, mais à tous les petits francophones des autres provinces. Une sage édition de l’éditeur ; ça nous fait oublier les
Invraisemblables doublages en France des émissions canadiennes-anglaises.


LIZZY D’ARMOIRIE ET LA LÉGENDE DU MÉDAILLON
Auteure : Luce Fontaine
Éditions : Bouton d’Or d’Acadie

Luce Fontaine est une bachelière en Éducation de l’Université de Sherbrooke qui a enseigné au préscolaire, au primaire et au collégial. Elle a écrit plusieurs romans jeunesse, dont ceux des séries « Mélo » et « Max ».

Mais hors ces séries, elle a aussi publié un roman fantastique dont l’histoire se déroule à Bouctouche au au Nouveau-Brunswick et qui implique une structure de récit fort surprenante, Deux mondes se côtoient, un qui s’appelle « Matériel » (ou réel) et l’autre « Parallèle » et qui constitue le Royaume d’Armoirie.
Nouveautés en littérature jeunesse (18)

Deux jeunes filles, Éléna pour le monde Matériel et Lizzy pour le monde Parallèle vont vivre une aventure pleine de mystère en même temps, jusqu’à ce qu’elles puissent se rencontre grâce à un médaillon trouvé dans la mer par Éléna.

Il s’agit d’un roman d’aventures où les filles occupent beaucoup d’espace et la façon d’écrire de l’auteure, qui n’est pas sans rappeler celle des contes de fées, me fait croire que le genre conviendra mieux à un jeune public féminin qu’aux garçons.
L’entrée en matière, où la présentation des personnages est appuyée, m’a semblé manquer d’énergie et s’étirer sur la description des personnages. Le récit lui-même occupe beaucoup d’espace par rapport aux dialogues qui auraient pu être utiles pour dynamiser encore plus l’action. Les relations sentimentales entre les héroïnes et les garçons occupent beaucoup d’espace, ce qui indique une fois de plus que la matière du livre plaira plus aux adolescentes. Ce qui n’est pas une mauvaise chose en soi.

À part Sarah, la propriétaire d’une boutique de souvenirs où Éléna travaille quelques jours par se faire de l’argent de poche, les personnages adultes n’interviennent pas souvent dans le récit.

C’est en somme le mélange du réel et du fantastique qui s’avère le point d’intérêt le plus surprenant.


LOUIS CYR ET AUTRES CONTES DU QUÉBEC
Auteur : François Tardif
Illustrations : Marion Arbora
Éditions Auzou


Un petit album cartonné à petit prix, voilà qui devrait réjouir les parents. L’initiative est amusante. On choisit des personnages réels ou de contes populaires du Québec et on invente une petite histoire autour d’un élément de sa vie.

Un personnage d’enfant est introduit dans le récit de façon à s’inspirer du modèle du héros pour solutionner un problème qu’il éprouve dans sa vie. Par exemple, dans le cas de Louis Cyr, il s’agit d’un petit garçon qui fait d’horribles cauchemars chaque nuit et qui ne sait comment s’en sortir. Par le biais du rêve, il utilise l’exemple de l’homme le plus fort qui ait existé pour vaincre ses peurs.
Nouveautés en littérature jeunesse (18)

Il est encourageant de voir, en ce 150ième anniversaire de naissance de Louis Cyr, que celui était un héros durant l’enfance des gens de ma génération, peut encore être soulever l’intérêt à notre époque.

Un second récit et deux légendes sont également compris dans l’album. Le conte fait connaître Luc Mercier, un plongeur aux dons surprenants, qui affirme avoir fait la connaissance de Memphré, le monstre préhistorique du lac Memphrémagog, que plusieurs autres témoins prétendent avoir aperçu.

Quant aux légendes, ce sont celles de Rose Latulippe, qui faillit être emportée en enfer par le diable que la façon de danser avait séduite lors d’une soirée, en dépit de la présence de son fiancé; et enfin celle d’un mystérieux personnage (Lucifer) qui prédit à trois reprises que le pont de Québec allait tomber.


Claude Daigneault
Nouveautés en littérature jeunesse (18)






Pour laisser un commentaire, remplissez ce formulaire.

Votre nom ou alias
Votre site web
Votre adresse de courriel (optionnel)
Vos commentaires