Les Éditions de la Noraye

Petite vengeance deviendra grande
Le culte des déesses
Une fille ça ne pleure pas
Les Frincekanoks
Le courage du mouton
ainsi que les albums pour enfants
Une amitié explosive
Le grand projet
Pyro fugue
et
Le visiteur
sont désormais disponibles
en format numéique.
Visitez le site dont l'adresse apparaît
ci-dessous pour les commander.
http://vitrine.entrepotnumerique.com


12,95$


19,95$


12,95$


En vente en librairie





Accueil / Voir nouveaux textes
Voir anciens textes
Livres de l'auteur



À propos de ce blog
Ce blogue est destiné aux gens qui aiment la littérature québécoise et la langue française. L’auteur apprécierait particulièrement que les lecteurs qui connaissent ses livres lui fassent part de leurs commentaires pour qu’il puisse échanger avec eux.

L’actualité littéraire est au cœur des échanges d’opinion possibles et quiconque veut faire connaître ses opinions sur des publications récentes ou faire part de la publication d’une œuvre y est le bienvenu.



À propos de l'auteur
(Sherbrooke, 31 mai 1942- ) Claude Daigneault fait ses études classiques au Séminaire Saint-Charles Borromée de Sherbrooke. Il entreprend une carrière de rédacteur publicitaire à Toronto en 1961, puis il devient journaliste à L'Événement et au Soleil de Québec dès 1963. Il restera au Soleil jusqu'en 1979, tour à tour rédacteur-traducteur aux informations internationales, chroniqueur à l'éducation, directeur de la section Arts et Lettres, critique d’art, de littérature et de cinéma, éditeur des informations internationales et chef de pupitre. Ses fonctions l'amèneront également à faire des reportages dans plusieurs pays. Claude Daigneault quitte le journalisme en 1979 et entre à l'Institut québécois du Cinéma comme directeur, puis administrateur de l'aide à la scénarisation. En 1984, il occupe le poste de directeur des Communications à Téléfilm Canada. Il revient ensuite au journalisme, de 1985 à 1993, alors qu'il est chef adjoint du service français de la Presse Canadienne, puis responsable des textes documentaires. En 1993, il retourne à Téléfilm Canada en tant qu'analyste de scénarios. De 1998 à 2005, il est script-éditeur et scénariste pour diverses compagnies de production de films et de séries télévisées. Depuis, il consacre la majeure partie de son temps à écrire des romans et des nouvelles.

Quelques sites que nous aimons
Suzanne Olivier
De ma culture à la vôtre
Culture Lanaudière
Luciole
Pause lecture

Les Éditions de la Noraye

« Lors même qu’on n’est pas le chêne ou le tilleul, Ne pas monter bien haut, peut-être, mais tout seul ! »

(CYRANO DE BERGERAC, d’Edmond Rostand, second acte, scène VIII)





2013-09-04 - 09:13:15

Nouveautés en littérature jeunesse (23)


Nouveautés en littérature jeunesse (23)


La citation du jour :

« On est ordinairement le maître de donner à ses enfants ses connaissances ; on l’est encore plus de leur donner ses passions. »
Montesquieu, écrivain français, 1689-1755

Aujourd’hui, d’abord deux romans d’aventure de bonne taille qui captiveront autant garçons et filles par les péripéties, l’étrange et le mystère.

L’APPRENTI PILLEUR DE TOMBES
Auteur : Allan Stratton
Collection : Estampille
Traduction : Sidonie Van den Dries
Éditions : Bayard jeunesse
9 ans +


Ce roman de plus de 400 pages nous file entre les doigts tant les rebondissements et les retournements de situation nous tiennent en haleine dans cette histoire d’horreur humoristique qui rappelle les contes de Grimm qu’on lisait dans ma naïve jeunesse.

Allan Stratton est un auteur ontarien que sa mère emmenait voir les pièces de Shakespeare à Strattford durant son enfance. Il en a gardé un goût prononcé pour les histoires mystérieuses, les donjons, les princesses, les tyrans, les héros plus ou moins courageux, les monstres, les batailles à l’épée, bref tout ce qu’il faut pour épater de jeunes lecteurs(trices) qui affectionnent de s’inventer des histoires dans leur imagination plutôt que de les recevoir toutes cuites sur un écran de télé.

La qualité de la traduction laisse transparaître le talent de l’auteur pour les descriptions éloquentes mais brèves des lieux et des situations. Ça fourmille de situations aberrantes que Allan Stratton manipule avec adresse en jouant avec plusieurs personnages à la fois.

L’histoire est plutôt rocambolesque. Un bébé mâle de quelques mois est trouvé dans un coffret porteur d’armoiries par un naufrageur-pilleur de tombes qui croit qu’il pourra tirer parti d’un « apprenti » éventuellement. Il revient sur sa décision de le laisser déchiqueter par les mouettes et laisse Hans (le nom qu’il lui donne) grandir quelques années avant de le mettre tôt à l’ouvrage. Mis d’où vient donc cet enfant ?
Nouveautés en littérature jeunesse (23)

Parallèlement à cette histoire se trace celle d’une petite princesse appelée Angela qui vit avec ses parents dans un châteaux à quelques lieux de là. Sa principale occupation est de monter des spectacles de marionnettes et de les fabriquer elle-même. Enfant unique, elle a une personnalité très frondeuse et campe un personnage à l’esprit vif, au langage ironique et quasi sarcastique. Le hasard va faire qu’Angela et Hans vont se connaître et vont vivre ensemble ou séparément une aventure captivante dont les péripéties deviennent de plus en plus angoissantes (avec des pointes d’humour) à mesure que progresse le récit.

Ces deux personnages ont des traits communs avec Don Quichotte (Angela) et Sancho Panza (Hans). Avec l’exception que Hans va évoluer vers la stature d’un garçon réfléchi, courageux et inventif, tandis que Angela va découvrir qu’elle ne peut pas se conduire en petite peste toute sa vie et qu’elle a besoin des autres.

La trame du roman (qui se situe autour du XVIIe siècle) est typique : les jeunes héros sont traqués par des bandits cruels et sans cœur et vont de difficulté en difficulté. Mais dans ces moments, ceux que l’on croyait être nos ennemis nous réservent parfois des surprises.

Les descriptions des scènes d’action sont vives et l’intérêt se maintient sans fléchir, ne serait-ce que parce que l’auteur a le sens de terminer ses chapitres sur un « punch » qui prépare le début du chapitre suivant. À partir de la deuxième moitié, le rythme s’accentue et permet que s’établissent des situations tout à fait haletantes, en particulier à cause de la rencontre d’une troupe de cirque formée de jeunes enfants et de leurs parents qui deviendront très importants dans le récit.

Et, oui, le mystère des origines de Hans sera révélé. Mais pour le savoir, il faudra lire l’histoire. J


LES FÉES D’OTAVALO
Auteur : Claude D’Astous
Collection Papillon+
Couverture : Lucie Rocheleau
Éditions : Pierre Tisseyre
9 ans +

C’est le dixième roman jeunesse que Claude D’Astous consacre à sa série sur les licornes et les fées. Dit en ces mots, ça peut avoir l’air d’une œuvre destinée aux mignonnes petites filles de maternelle, mais détrompez-vous ! Il s’agit d’un roman d’aventure vécu par des personnages adultes et qui s’adresse aux garçons et filles possédant déjà une bonne maîtrise de la lecture.

Ça nous change un peu du roman jeunesse traditionnel où de jeunes enfants sont nécessairement les personnages centraux de toute l’histoire. Après tout, Bob Morane et Bill Balantine étaient des adultes et Henri Vernes a fait fortune en les écrivant : c’est dire que les jeunes lecteurs y trouvaient leur compte.

Le début est intriguant. Après un faux départ (voulu), l’auteur fait marche arrière et nous plonge dans les antécédents de cette histoire qui regroupe quatre couples de retraités en Équateur. Le mystère s’épaissit vite autour de leurs activités et donne le ton au récit.
Nouveautés en littérature jeunesse (23)

Robert, celui qui a organisé le voyage, amène sa femme et leurs amis dans un petit village qu’il connaît bien où de gentilles vieilles femmes d’origine quechua font de l’artisanat très original. Il y revoit Monica, une adolescente qu’il a connue lors d’un voyage précédent dans le cadre d’une œuvre internationale. L’histoire prend tout à coup une tournure totalement inattendue lorsqu’il apprend à Monica que ses amis et lui ont pu voir les trois volcans qui entourent la ville où ils ont logé à l’hôtel dans toute leur splendeur puisque aucun nuage ne les dissimulait, un événement extrêmement rare.

Comme ils ont inscrit sur leur itinéraire la visite des caldéras de ces volcans, les quatre couples et leurs deux accompagnateurs partent en minibus pour aller visiter ces lieux. Dès lors, le roman prend un ton fantastique et la multiplication des événements impliquant des fées et des licornes, des voyages dans le temps et des explications déconcertantes va rendre cette histoire pleine de rebondissements, d’angoisses, de dangers et d’enjeux difficiles à relever pour les jeunes retraités.

De petites touches d’humour ici et là allègent le ton et apportent certaines pauses dans le suspense. Pour bien distinguer les moments où les personnages parlent une autre langue, différentes polices de caractères sont utilisées dans la typographie. Mine de rien, l’auteur prépare bien ses coups et justifie à l’avance les développements de l’histoire grâce à des petits événements qui ont pourtant l’air bien ordinaire.

J’ai aimé aussi que l’auteur profite du livre pour glisser ici et là des renseignements scientifiques brièvement expliqués à l’intention de ses jeunes lecteurs.

Claude D’Astous a un style très souple et ne craint pas le recours à un vocabulaire susceptible de laisser des traces dans le cerveau des lecteurs. J’ai beaucoup apprécié.


Et voici deux nouveautés pour les plus jeunes !!


JEUDI, JOUR DE JALOUSIE
Auteure : Danielle Simard
Collection : « Ma petite vache a mal aux pattes »
Couverture : Annie Pencrec’h
Illustrations : Caroline Merola
Édition : Soulières éditeur

Êtes-vous de ces parents qui croyaient que seules les fillettes se querellaient et mettaient un point final à la discussion par un « T’es plus mon amie ! » ? En tant que représentant d’une génération dont les enfants ont atteint la quarantaine, je confesse que je l’étais.

Et voilà que Danielle Simard me confond avec cet amusant roman pour les 7 ans et + qui présente une histoire de compétition à l’école chez des garçons. Avec ce onzième roman qui met en évidence son héros, Julien, Danielle Simard nous offre une histoire de lien d’amitié à l’école qui tourne au vinaigre.

Julien se fait chiper « son » ami Michaël par un nouveau venu à l’école, Édouard, un petit fendant qui le surclasse de plus dans le cœur de la maîtresse Odile. Ridicule ? Oh non ! Il n’y a rien de drôle à être relégué aux oubliettes. Et l’auteure sait comment s’y prendre pour tricoter serrée une intrigue où le jeune héros est forcé de respecter une promesse faite à sa mère et de tenter de s’habituer à la nouvelle situation.
Nouveautés en littérature jeunesse (23)

Danielle Simard a une fort jolie plume et je vous cite cette courte phrase où elle décrit l’angoisse de Julien face à son petit monde qui s’écroule : « Je n’aime pas courir avec le cœur lourd. On a l’impression qu’il se cogne sur nos os… »

L’histoire est émouvante. Le garçon le plus invisible de l’école, tant il est timide, tente de lier un lien avec Julien qui en est encore à ressasser ses préjugés. Un gros retournement de situation, suivi d’un quizz appelé « Le combat des lecteurs » entre Julien et Édouard, va faire éclater une crise entre les deux.

Voici un bon récit, bien raconté, avec une petite morale sans doute mais sans abêtissement. Ce bref roman pour les jeunes qui commencent à maîtriser la lecture au primaire va les émouvoir par un récit qui exprime le difficile apprentissage de l’amitié chez les jeunes écoliers. Les illustrations de Caroline Merola sont à la fois émouvantes et humoristiques.



MINI-SOURIS REINE DU MONDE
Auteurs : Jennifer L. Holm, Matthew Holm
Traductrice : Isabelle Allard
Éditions : Scholastic

Je vous ai déjà parlé, il y a quelques jours, de Mini-Souris, une BD en petit format créée par le frère et la sœur. Par inadvertance j’ai d’abord fait état du deuxième album. Je me repens, mes bien chers lecteurs et lectrices, et je vous présente aujourd’hui le premier album.

Les albums des Holm sont des expériences d’humour absurde qui ont pour but, à mon humble avis, de faire rire les parents qui vont les lire avec leurs enfants.

Mini-Souris est en somme une fillette rêveuse et peu délurée, un peu lente à réagir (son lever le matin est en soi un poème !), qui gaffe avec une régularité désarmante dès qu’elle parvient à s’extraire de ses couvertures.
Nouveautés en littérature jeunesse (23)

Son conflit perpétuel avec « Félicia patte de velours », la petite chatte snobe et insupportable, la projette dans l’imaginaire et lui permet de se livrer à sa grande passion : la lecture des livres. Tous les livres quels qu’ils soient.

C’est ainsi que Mini-Souris parvient, toujours par le biais d’un humour déjanté, à donner un autre sens à tous les problèmes qu’elle crée ou qu’elle subit.

Les critiques américains ont accueilli sa venue dans le monde de la littérature jeunesse avec beaucoup de sympathie. J’avoue que je les comprends.

Nouveautés en littérature jeunesse (23)

Claude Daigneault








Pour laisser un commentaire, remplissez ce formulaire.

Votre nom ou alias
Votre site web
Votre adresse de courriel (optionnel)
Vos commentaires