Les Éditions de la Noraye

Petite vengeance deviendra grande
Le culte des déesses
Une fille ça ne pleure pas
Les Frincekanoks
Le courage du mouton
ainsi que les albums pour enfants
Une amitié explosive
Le grand projet
Pyro fugue
et
Le visiteur
sont désormais disponibles
en format numéique.
Visitez le site dont l'adresse apparaît
ci-dessous pour les commander.
http://vitrine.entrepotnumerique.com


12,95$


19,95$


12,95$


En vente en librairie





Accueil / Voir nouveaux textes
Voir anciens textes
Livres de l'auteur



À propos de ce blog
Ce blogue est destiné aux gens qui aiment la littérature québécoise et la langue française. L’auteur apprécierait particulièrement que les lecteurs qui connaissent ses livres lui fassent part de leurs commentaires pour qu’il puisse échanger avec eux.

L’actualité littéraire est au cœur des échanges d’opinion possibles et quiconque veut faire connaître ses opinions sur des publications récentes ou faire part de la publication d’une œuvre y est le bienvenu.



À propos de l'auteur
(Sherbrooke, 31 mai 1942- ) Claude Daigneault fait ses études classiques au Séminaire Saint-Charles Borromée de Sherbrooke. Il entreprend une carrière de rédacteur publicitaire à Toronto en 1961, puis il devient journaliste à L'Événement et au Soleil de Québec dès 1963. Il restera au Soleil jusqu'en 1979, tour à tour rédacteur-traducteur aux informations internationales, chroniqueur à l'éducation, directeur de la section Arts et Lettres, critique d’art, de littérature et de cinéma, éditeur des informations internationales et chef de pupitre. Ses fonctions l'amèneront également à faire des reportages dans plusieurs pays. Claude Daigneault quitte le journalisme en 1979 et entre à l'Institut québécois du Cinéma comme directeur, puis administrateur de l'aide à la scénarisation. En 1984, il occupe le poste de directeur des Communications à Téléfilm Canada. Il revient ensuite au journalisme, de 1985 à 1993, alors qu'il est chef adjoint du service français de la Presse Canadienne, puis responsable des textes documentaires. En 1993, il retourne à Téléfilm Canada en tant qu'analyste de scénarios. De 1998 à 2005, il est script-éditeur et scénariste pour diverses compagnies de production de films et de séries télévisées. Depuis, il consacre la majeure partie de son temps à écrire des romans et des nouvelles.

Quelques sites que nous aimons
Suzanne Olivier
De ma culture à la vôtre
Culture Lanaudière
Luciole
Pause lecture

Les Éditions de la Noraye

« Lors même qu’on n’est pas le chêne ou le tilleul, Ne pas monter bien haut, peut-être, mais tout seul ! »

(CYRANO DE BERGERAC, d’Edmond Rostand, second acte, scène VIII)





2013-11-04 - 14:53:10

Le Goncour et le Renaudot sont attribués.


Le prix littéraire Goncourt a été attribué lundi à Paris à Pierre Lemaitre pour Au revoir là-haut, roman sur les démobilisés de la Première guerre mondiale, et le Renaudot est allé à Yann Moix pour Naissance", épais roman centré sur l'enfer des relations parents-enfant.

L'attribution des deux prix a été annoncée, comme le veut la tradition, au restaurant parisien Drouant.

Les jurés du Goncourt ne se sont mis d'accord qu'au douzième tour sur Au revoir là-haut, édité chez Albin Michel, époustouflant roman sur une génération perdue, les démobilisés de la Première guerre mondiale, sacrifiés par une France exsangue après quatre ans d'horreur dans les tranchées.

L'auteur, qui était l'un des favoris, a été choisi par le jury par six voix contre quatre à Frédéric Verger pour son premier roman, Arden (Gallimard).
Le Goncour et le Renaudot sont attribués.

Le lauréat du Goncourt génère en général des ventes de 300 000 à 400 000 exemplaires en moyenne, soit un chiffre d'affaires de 6 à 8 millions d'euros.

En revanche, les jurés du prix Renaudot se sont mis d'accord dès le premier tour sur Naissance de Yann Moix, aux éditions Grasset, un ouvrage dense de près de 1200 pages qui débute par la venue au monde de l'auteur sous les insultes de ses parents.

Naissance a remporté 6 voix. Le reste des voix s'est réparti sur Etienne de Montéty pour La Route du salut (Gallimard), Charif Madjalani pour Le dernier seigneur de Marsad (Seuil), et Romain Puértolas pour L'extraordinaire voyage du Fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikea (Le Dilettante).

Avant l'annonce des prix, alors que journalistes et photographes se bousculaient, une petite dizaine de militantes du mouvement féministe La Barbe ont brièvement pénétré dans le restaurant Drouant pour lire un manifeste de protestation contre le manque de femmes dans les jurys et la liste des candidats.

«Messieurs de l'Académie Goncourt, La Barbe est à vos côtés pour célébrer la gloire du verbe masculin», a lancé une militante.

«Chers jurys du Goncourt, en 110 ans, et 109 prix remis, vous avez honoré 99 fois plus de mâles et talentueux écrivains», ironisait le mouvement sur son compte Twitter.

Le roman lauréat du Goncourt, créé en 1903 et qui représente le prix le plus ancien et le plus vieux, génère en général des ventes de 300 000 à 400 000 exemplaires en moyenne, soit un chiffre d'affaires de 6 à 8 millions d'euros. Auxquels peuvent s'ajouter des traductions et des enchères juteuses en format de poche.




2013-11-15 - 09:54:52
Miche

J'aimerais bien me procurer " Les Cyniques !





Pour laisser un commentaire, remplissez ce formulaire.

Votre nom ou alias
Votre site web
Votre adresse de courriel (optionnel)
Vos commentaires