Les Éditions de la Noraye

Petite vengeance deviendra grande
Le culte des déesses
Une fille ça ne pleure pas
Les Frincekanoks
Le courage du mouton
ainsi que les albums pour enfants
Une amitié explosive
Le grand projet
Pyro fugue
et
Le visiteur
sont désormais disponibles
en format numéique.
Visitez le site dont l'adresse apparaît
ci-dessous pour les commander.
http://vitrine.entrepotnumerique.com


12,95$


19,95$


12,95$


En vente en librairie





Accueil / Voir nouveaux textes
Voir anciens textes
Livres de l'auteur



À propos de ce blog
Ce blogue est destiné aux gens qui aiment la littérature québécoise et la langue française. L’auteur apprécierait particulièrement que les lecteurs qui connaissent ses livres lui fassent part de leurs commentaires pour qu’il puisse échanger avec eux.

L’actualité littéraire est au cœur des échanges d’opinion possibles et quiconque veut faire connaître ses opinions sur des publications récentes ou faire part de la publication d’une œuvre y est le bienvenu.



À propos de l'auteur
(Sherbrooke, 31 mai 1942- ) Claude Daigneault fait ses études classiques au Séminaire Saint-Charles Borromée de Sherbrooke. Il entreprend une carrière de rédacteur publicitaire à Toronto en 1961, puis il devient journaliste à L'Événement et au Soleil de Québec dès 1963. Il restera au Soleil jusqu'en 1979, tour à tour rédacteur-traducteur aux informations internationales, chroniqueur à l'éducation, directeur de la section Arts et Lettres, critique d’art, de littérature et de cinéma, éditeur des informations internationales et chef de pupitre. Ses fonctions l'amèneront également à faire des reportages dans plusieurs pays. Claude Daigneault quitte le journalisme en 1979 et entre à l'Institut québécois du Cinéma comme directeur, puis administrateur de l'aide à la scénarisation. En 1984, il occupe le poste de directeur des Communications à Téléfilm Canada. Il revient ensuite au journalisme, de 1985 à 1993, alors qu'il est chef adjoint du service français de la Presse Canadienne, puis responsable des textes documentaires. En 1993, il retourne à Téléfilm Canada en tant qu'analyste de scénarios. De 1998 à 2005, il est script-éditeur et scénariste pour diverses compagnies de production de films et de séries télévisées. Depuis, il consacre la majeure partie de son temps à écrire des romans et des nouvelles.

Quelques sites que nous aimons
Suzanne Olivier
De ma culture à la vôtre
Culture Lanaudière
Luciole
Pause lecture

Les Éditions de la Noraye

« Lors même qu’on n’est pas le chêne ou le tilleul, Ne pas monter bien haut, peut-être, mais tout seul ! »

(CYRANO DE BERGERAC, d’Edmond Rostand, second acte, scène VIII)





2013-11-06 - 09:14:50

NOUVEAUTÉS EN LITTÉRATURE JEUNESSE (32)


NOUVEAUTÉS EN LITTÉRATURE JEUNESSE (32)



La citation du jour :

« Le critique est celui qui peut transposer d’une autre manière ou traduire en éléments nouveaux, son impression de la beauté. »

(Oscar Wilde, écrivain britannique, 1856-1900, in « Le portrait de Dorian Grey »)


LA MALÉDICTION DES FERDINAND
Tome 3 : Le visiteur des trépassés
Auteur : Roger Marcotte
Collection : Chacal
Éditions Pierre Tisseyre
13 ans+


Dans le premier tome, "L'ouvreuse de porte", Renaud, Lorie et Fred étaient persuadés d’avoir détruit en totalité les ossements du sorcier Borellus pour ainsi libérer leur famille de la malédiction qui a causé la mort de leur père. Dans le second tome, "La rêveuse extralucide", les jeunes héros apprenaient que des restes de Borellus existaient en France et s’envolaient vers ce pays pour les découvrir.

Cette fois, dans "Le visiteur des trépassés", ils vont s’immiscer, de retour au Québec, dans le monde des morts pour tenter de mettre enfin la main sur les ossements du sorcier Borellus, dont seule la destruction peut libérer leur famille de l’odieuse malédiction qui l’afflige depuis le XVIIe siècle.
Le trait dominant de l’écriture de Roger Marcotte est la création d’un climat oppressant où tout ou presque se déroule sur les chapeaux de roue. L’action est multiple et ne se dément jamais. Après un début mouvementé, le récit se poursuit dans l’excitation et les jeunes personnages, confrontés à des revenants, doivent faire preuve non seulement d’initiative mais d’audace pour survivre à tous ces retournements de situations qui mettent leur vie en danger.
NOUVEAUTÉS EN LITTÉRATURE JEUNESSE (32)

La brièveté des chapitres contribue à rendre cette histoire haletante : les héros n’ont guère le temps de faire une pause entre les événements et l’action demeure toujours précipitée.

L’auteur a une préférence pour l’humour sardonique : « Il déversa les ossements et les cendres à cet endroit. Dans la boîte où ils avaient reposé pendant des siècles, on ne voyait plus que des saletés grises incrustées dans le velours d’un coussin. »

L’imagination de l’auteur étonne de page en page ; comme les « méchants » sont connus, le lecteur ne se creuse pas les méninges pour identifier le ou les coupables d’un crime, mais plutôt à supputer sur une fin possible à cette histoire qui nous tient de choc en choc.

Roger Marcotte est non seulement auteur de livres jeunesse, mais neuropsychologue. Son épouse et lui ont fondé un organisme de bienfaisance (www.esfquebec.org) destiné à apporter un soutien dans les secteurs de la santé, de l’éducation et du microcrédit au Burkina Faso et à Madagascar.

Une moitié de ses droits d’auteur servent à financer les activités liées à l’éducation dans ces deux pays. L’autre moitié est utilisée pour permettre des visites gratuites dans des écoles du Québec et de la France, afin de discuter du travail d’auteur, de coopération internationale et de décrochage scolaire.


L’OMBRE D’UN DOUTE
5ième tome de la série Robyn Hunter
Auteure : Norah McClintock
Traduction : Claudine Vivier
Éditions Hurtubise
12 ans+

Née à Montréal, Norah McClintock est diplômée en Histoire de l’Université McGill, mais elle habite maintenant Toronto. Elle est l’auteure d’une quinzaine de romans policiers pour la jeunesse. Elle a reçu trois fois le Prix Arthur Ellis du meilleur roman policier pour la jeunesse grâce à ces livres dans leur version anglaise: Fausse identité, Cadavre au sous-sol, Crime à Haverstock ainsi que Délit de fuite.

Norah McClintock écrit dans un style incisif qui paraît d’abord détaché, en dépit de la tension suscitée par les événements, mais qui séduit progressivement le lecteur. Au départ, les événements sont très décrits, très exploités, créant l’illusion que l’action languit un peu. Mais cette manœuvre me semble destinée à ferrer le lecteur jusqu’à ce qu’un retournement d’importance le laisse sous l’effet de la surprise. Dès lors il veut en savoir plus.

On n’est pas habitué à suivre une adolescente ou un adolescent qui joue le rôle de l’enquêteur. Robyn (de son surnom Robbie) sait la manière de s’interroger sur les faits étranges qui commencent à se produire dans son environnement immédiat, tant à l’école que dans sa famille. Ses parents sont divorcés, mais n’infligent pas à leur fille des conflits qui l’attristeraient inutilement.
Le comportement bizarre de sa professeure d’art, Mme Denholm, est à l’origine d’une mystérieuse histoire de harcèlement qui prend de l’ampleur et qui bouleverse la vie amoureuse de Robbie. Curieusement, autant les adolescents que les adultes ou leurs parents sont aux prises avec des situations où la question du choix entre deux personnes est au coeur du quotidien. Tous les personnages deviennent un peu des enquêteurs dans cette histoire où l’on ne s’ennuiera pas jusqu‘à la fin.
NOUVEAUTÉS EN LITTÉRATURE JEUNESSE (32)

Le roman est écrit à la première personne, ce qui facilite sans doute une relation plus vive entre les jeunes lecteurs(trices) et le récit très actif.

Le mystère se maintient sans faillir. L’auteure fait preuve d’une vive imagination en utilisant des événements quotidiens pour inventer des moments de suspense. Elle se montre habile à créer des personnages dont la personnalité demeure intacte du début à la fin. Jamais en fait-elle des porte-étendards de ses propres opinions. On sent par exemple que le comportement de Robbie est fidèle à son caractère ; c’est une fille décidée, mais qui pèse le pour et le contre avant de se lancer dans l’action.

Si le dénouement final présente une certaine parenté avec la formule d’Agatha Christie, le « punch » in extremis, lui, a de l’ardeur. Mais je ne vais pas vous le révéler, évidemment. Enfin, la traduction est solide en dépit de quelques petits anglicismes oubliés.


LUMIÈRES DANS LA NUIT
Album illustré
Auteur et illustrateur : Nicholas Blechman
Texte français : Isabelle Montagnier
Éditions Scholastic
2 à 5 ans

Une petite merveille d’intelligence que cet album qui apprend à la fois à compter jusqu’à dix et à décoder les feux lumineux dans la noirceur. L’auteur, Nicholas Blechman, est un graphiste et illustrateur qui occupe aussi le poste de directeur artistique du New York Times Book Review. Ancien professeur de graphisme et d’illustration, il publie, édite et conçoit le magazine Nozone.

L’album joue avec la formule des découpes dans des pages cartonnées robustes qui ne laissent apercevoir que la lumière d’un phare ou de feux de position (parfois en couleurs) dans le noir total. En tournant la page, l’enfant découvrira que la lumière du phare appartient à un train, un hélicoptère ou tout autre véhicule qu’il reconnaîtra ou apprendra à distinguer avec l’appui d’un parent, d’un grand-parent ou d’un autre adulte. Chaque véhicule est identifié nommément de façon à ce qu’il retienne la signification de l’illustration.
NOUVEAUTÉS EN LITTÉRATURE JEUNESSE (32)

La page de gauche contient aussi le chiffre du nombre de lumières révélées par les découpes de la page de droite. Outre le chiffre, cette page offre une rimette qui se termine toujours par la désinence « ère », « er », « erre », ou « air » etc. Ces jeux de mots qui s’apparentent à une comptine vont contribuer à permettre au jeune enfant de mieux se souvenir du contenu et de le faire progresser.

Les illustrations en couleurs vives sont dessinées avec une précision des lignes et des détails qui amusent.


GUIBY / UNE ODEUR DE SOUFFRE
Album de bandes dessinées
Auteur : Sampar
Éditions Michel Quintin
8 ans+ et adultes J

Guiby est un bébé de 3 ans et demi (!) qui est plongé dans des aventures nocturnes impliquant des monstres de forte taille sans jamais se départir de sa tétine qui lui colle au bec comme la cigarette de Bogie (Humpfrey Bogart).

Provoqué par un monstre infirme qui vit dans sa garde-robe, le bébé fanfaron lui fiche la trouille et fait ainsi la rencontre du rat Ramirez qui l’introduit dans les égouts de la ville où vivent les monstres les plus terribles. Ceux-ci vont s’efforcer de faire peur à Guiby, qui, lui, va demeurer imperturbable dans sa tenue d’exercice rouge vif à capuchon.

« J’ai toute la nuit devant moi pour régler la situation » dit-il à Ramirez du haut de ses 3 ans (et demi !). C’est ce genre de réplique qui fait naître un ton humoristique jamais démenti. Je suis un fan inconditionnel de BD depuis l’âge de 8 ans et j’en ai vues de toutes sortes en plusieurs langues. Et Guidy a réveillé en moi le plaisir de rire sans complexe des aventures absurdes d’un bébé qui se prend au sérieux et à qui l’on n’a pas enseigné ce qu’est la peur.
NOUVEAUTÉS EN LITTÉRATURE JEUNESSE (32)

Les dialogues sont brefs, parfois limités à des onomatopées. Cette démarche de l’auteur lui laisse tout l’espace nécessaire pour raconter son histoire grâce à des dessins qui expriment le mouvement d’une manière cinématographique (page 21, par exemple).

En raison de la situation nocturne qui prévaut dans le récit, les planches sont en couleurs sombres, si ce n’est de la veste écarlate du héros qui bondit comme Batman d’un lieu à l’autre. Toutes les cases sont carrées ou rectangulaires, soit à la verticale, soit à l’horizontale ; la ligne droite a la préférence partout et aucune « fantaisie charmante » ne vient redéfinir la rigueur et la conception des cases.

L’imagination surréaliste de Sampar lui inspire des dessins aussi provocateurs qu’humoristiques. On ne peut que se réjouir que Guiby triomphe de tous les obstacles grâce à sa « force ». Et les dernières images à la fois paradisiaques et annonciatrices de danger au lever du jour nous font croire qu’il y aura une suite à cette première aventure d’un personnage à la fois adorable et sympathique.

Un album de collectionneur.


Claude Daigneault









2013-11-22 - 02:15:36
Samuel Parent (Sampar)

Bonsoir M.Daigneault
Je tenais à vous remercier pour cette belle critique sur mon album BD de Guiby- Une odeur de soufre.
Je tiens aussi à vous exprimer ma grande joie que j'ai eu à lire autant votre analyse que votre appréciation.

Pour votre info, vous avez vu juste, c'est bien le premier tome d'une série.
D'ailleurs l'écriture et la scénarisation du deuxième tome est terminée et en décembre, j'entame la réalisation des planches finales.
Sortie prévue en septembre 2014!

Merci encore et je me réjouis que mon premier album BD vous ait plu!

Samuel Parent
Sampar




2013-11-22 - 10:42:38
Claude D.

Merci d'avoir pris la peine de m'écrire. Je vous souhaite de poursuivre une longue carrière. Le personnage que vous avez créé offre beaucoup de possibilités et vous manifestez une imagination dans le récit qui m'a impressionné. Avez-vous songé à présenter votre réalisation à un producteur en animation éventuellement ?

Claude Daigbeault




2013-11-22 - 14:11:56
Samuel Parent (Sampar)

Oui, j'aimerais beaucoup «voir» mon univers ou plutôt celui de Guiby développé pour le petit écran (ou le grand , pourquoi pas? ) .
Pour l'instant , je souhaite développer d'avantage et sans pression ce monde , ,comme vous le mentionné,riche en possibilités.
Éventuellement, après 2 ou 3 albums, je crois que le ton sera donné et je serai en mesure de le proposé.
J'y rêvais, osais l'imaginer, mais venant d'une personne comme vous avec votre «oeil expérimenté» en la matière, je me permet un peu plus d'y croire concrètement!
Soyez assuré que je vous tiendrez au courant des futurs démarches que je ferai dans ce sens!

Merci encore pour tout!

Samuel Parent
Sampar






Pour laisser un commentaire, remplissez ce formulaire.

Votre nom ou alias
Votre site web
Votre adresse de courriel (optionnel)
Vos commentaires
Vérification pour réduire les pourriels: entrez le numéro affiché ci-contre

Numéro: