Les Éditions de la Noraye

Petite vengeance deviendra grande
Le culte des déesses
Une fille ça ne pleure pas
Les Frincekanoks
Le courage du mouton
ainsi que les albums pour enfants
Une amitié explosive
Le grand projet
Pyro fugue
et
Le visiteur
sont désormais disponibles
en format numéique.
Visitez le site dont l'adresse apparaît
ci-dessous pour les commander.
http://vitrine.entrepotnumerique.com


12,95$


19,95$


12,95$


En vente en librairie





Accueil / Voir nouveaux textes
Voir anciens textes
Livres de l'auteur



À propos de ce blog
Ce blogue est destiné aux gens qui aiment la littérature québécoise et la langue française. L’auteur apprécierait particulièrement que les lecteurs qui connaissent ses livres lui fassent part de leurs commentaires pour qu’il puisse échanger avec eux.

L’actualité littéraire est au cœur des échanges d’opinion possibles et quiconque veut faire connaître ses opinions sur des publications récentes ou faire part de la publication d’une œuvre y est le bienvenu.



À propos de l'auteur
(Sherbrooke, 31 mai 1942- ) Claude Daigneault fait ses études classiques au Séminaire Saint-Charles Borromée de Sherbrooke. Il entreprend une carrière de rédacteur publicitaire à Toronto en 1961, puis il devient journaliste à L'Événement et au Soleil de Québec dès 1963. Il restera au Soleil jusqu'en 1979, tour à tour rédacteur-traducteur aux informations internationales, chroniqueur à l'éducation, directeur de la section Arts et Lettres, critique d’art, de littérature et de cinéma, éditeur des informations internationales et chef de pupitre. Ses fonctions l'amèneront également à faire des reportages dans plusieurs pays. Claude Daigneault quitte le journalisme en 1979 et entre à l'Institut québécois du Cinéma comme directeur, puis administrateur de l'aide à la scénarisation. En 1984, il occupe le poste de directeur des Communications à Téléfilm Canada. Il revient ensuite au journalisme, de 1985 à 1993, alors qu'il est chef adjoint du service français de la Presse Canadienne, puis responsable des textes documentaires. En 1993, il retourne à Téléfilm Canada en tant qu'analyste de scénarios. De 1998 à 2005, il est script-éditeur et scénariste pour diverses compagnies de production de films et de séries télévisées. Depuis, il consacre la majeure partie de son temps à écrire des romans et des nouvelles.

Quelques sites que nous aimons
Suzanne Olivier
De ma culture à la vôtre
Culture Lanaudière
Luciole
Pause lecture

Les Éditions de la Noraye

« Lors même qu’on n’est pas le chêne ou le tilleul, Ne pas monter bien haut, peut-être, mais tout seul ! »

(CYRANO DE BERGERAC, d’Edmond Rostand, second acte, scène VIII)





2014-01-22 - 09:20:16

NOUVEAUTÉS EN LITTÉRATURE JEUNESSE (40)


NOUVEAUTÉS EN LITTÉRATURE JEUNESSE (40)




La citation du jour :

« Les enfants sont fleurs de vie »

(Emilio Francescucci, poète québécois, (1939- in
« Pensées cueillies chemin faisant »)



LE ROI EN FUITE
2e tome de la série « Au royaume de Carthya »
Auteure : Jennifer A. Nielsen
Traduction : Hélène Rioux
Éditions : Scholastic
12 ans+

Ce roman costaud (334 pages) est la suite de « Le faux prince » qui a été reçu avec beaucoup d’enthousiasme par la presse américaine. L’auteure Jennifer A. Nielsen a été rendue populaire par une première série humoristique fantastique, intitulée « The Underworld Chronicles ». Elle démontre, par ce récit médiéval raconté à la première personne, un net talent pour les histoires concoctées comme les fameux « serials » de jadis.

Dans ce deuxième épisode d’une trilogie, le prince Jaron du pays de Carthya, a pu monter sur le trône à la suite du massacre de toute sa famille, y compris son frère aîné destiné à la succession, mais il demeure la cible de conjurés qui voudraient le faire disparaître et imposer l’un de ses ennemis sur le trône royal. Le premier chapitre donne le ton de tout le roman : aucun moment creux, de l’action à revendre, de l’inattendu et de l’émotion vive.

L’auteure privilégie une façon d’écrire en mode suspense, appuyée sur des rebondissements, des imprévus, des dialogues nombreux, des descriptions très exactes, des sentiments forts parfois même exacerbés, le tout saupoudré ici et là d’une ironie mordante.

Voici d’ailleurs son opinion sur ce genre de littérature jeunesse : « C’est un moyen universel de se comprendre soi-même et de comprendre les autres, de prédire l’avenir et d’interpréter le passé, de vivre par procuration des aventures qu’on ne pourra probablement pas vivre par soi-même. Je ne peux imaginer un monde sans histoires. » (Extrait d’une interview sur Internet).

Jaron sera en danger constant, dans une ambiance très éprouvante pour lui, parce que sa cour et ses proches ont peu de considération pour son aptitude à diriger le pays. Le conseil des régents cherche à lui imposer un intendant qui gouvernerait à sa place. Le jeune roi va s’imposer une façon de sauver son trône en mettant sa propre vie en danger pour démasquer les traîtres.
NOUVEAUTÉS EN LITTÉRATURE JEUNESSE (40)

L’auteure est habile à rappeler très brièvement les origines de l’histoire racontée dans le précédent roman pour les lecteurs qui ne l’auraient pas lu, de façon à leur éviter de s’embrouiller dans les personnages et leurs relations.

Les dialogues sont particulièrement bien réussis, incisifs, fermes. Durs, ils claquent comme des épées qui s’entrechoquent. Le mystère entretenu autour du fondement de l’aventure est juste assez opaque pour maintenir l’intérêt jusqu’à la résolution finale. Tous les chapitres sont brefs.

Jaron a tout pour plaire à un public adolescent : il est frondeur, « baveux », cynique et maître de sa peur. Son courage est son plus grand défaut. C’est un curieux héros, en somme, qui ne cesse de multiplier les erreurs de choix, mais qui dépense une énergie folle pour se sortir du pétrin et apprendre de ses mauvais coups. Les combats physiques sont d’ailleurs décrits avec une exactitude remarquable, comme si l’auteure connaissait l’escrime.

La fin annonce une suite dramatique dans un troisième tome.


PAR UNE BELLE NUIT D’HIVER
Auteure : Jean E. Pendziwol
Illustrations : Isabelle Arsenault
Traduction : Josée Leduc
Éditions : Scholastic
7 ans+

Cet album est probablement le plus réussi que j’ai eu à recenser depuis près d’un an. Après quelques minutes, je savais que je ne pourrais m’en départir, bien que je vais sûrement peiner un des enfants qui bénéficient de mes offrandes.

Dès la première page, on est littéralement séduit par le texte poétique de l’auteure ontarienne Jean E. Pendziwol, régulièrement acclamée par la critique. L’éditeur précise qu’elle « a été inspirée par les longues nuits nordiques de Thunder Bay (…) où elle vit avec sa famille. »
Voici un extrait d’un poème (les textes sont tellement bien interprétés par Josée Leduc qu’on ne sent pas l’origine anglaise de l’original) :

« Par une belle nuit d’hiver,
au creux des branches accueillantes
et hérissés des pins et des sapins,
les flocons s’amoncellent
formant des nuages blancs crémeux
comme des boules de coton en attente.

Lorsque tu marcheras sous les arbres,
le vent chatouillera leurs branches
et fera tomber des trésors à tes pieds,
tout en colorant tes cheveux
et en saupoudrant ton nez. »

Mme Pendziwol a su utiliser un sujet commun comme l’hiver et la neige pour le transformer en une belle méditation. Comme quoi l’inspiration peut amener un écrivain à renouveler un thème pourtant plus qu’exploité.

NOUVEAUTÉS EN LITTÉRATURE JEUNESSE (40)
Mais l’album doit aussi beaucoup à Isabelle Arsenault, une artiste dont le talent lui vaut une reconnaissance internationale et de multiples prix. Grâce à différentes techniques (crayon, gouache, aquarelle et encre) l’illustratrice crée un monde d’un tel raffinement que je ne peux l’exprimer que par le commentaire « d’impressionnisme moderne. »

J’ignore si elle vit à la campagne pour avoir inventé de tels décors si près d’une réalité avec ses petites taches de couleurs dans un ensemble (pleine page) en noir, blanc et gris, mais je peux témoigner qu’elle a reproduit des spectacles que je revois chaque hiver avec un immense plaisir.

On voit rarement des illustrations si bien s’harmoniser au texte, l’embellir même et créer un sentiment de plénitude. C’est si près de la réalité des nuits d’hiver, que j’ai eu l’impression que le petit garçon à qui on raconte cette histoire dans son lit me ressemblait, il y a des décennies, lorsque je me réveillais la nuit pour admirer les efflorescences dans ma fenêtre.

C’est un album qui réjouira autant l’adulte qui veut se le procurer pour lui-même que l’enfant à qui on le destine. Une merveille.


LE COURAGE DE DESMOND
Une histoire pour le pardon
Auteurs : Mgr Desmond Tutu et Douglas Carlton Abrams
Illustrations : A.G. Ford
Traduction : Louise Binette
Éditions : Scholastic
8 ans+

Mgr Desmond Tutu est l’une des grandes figures du XXe siècle qui a fortement contribué à la disparition de l’apartheid, en Afrique du Sud. Ce militant pacifique est devenu une figure internationale, non seulement à cause de sa volonté absolue à imposer l’égalité, la justice et la paix dans son pays, mais aussi grâce à son humour, sa bonhomie et son rire caractéristique.

Il raconte un épisode de son enfance durant lequel il a appris à pardonner à ceux qui l’insultaient parce qu’il était noir, grâce à l’influence d’un prêtre blanc qui lui a enseigné que, lorsque par vengeance on blesse quelqu’un, on se blesse aussi soi-même.
NOUVEAUTÉS EN LITTÉRATURE JEUNESSE (40)
Dès lors, le petit Desmond, qui a répondu à l’insulte par une insulte, constate à quel point il éprouve de la honte jusqu’au plus profond de lui-même.

Ça vous semble gna-gna ? Et pourtant non. C’est une véritable leçon de morale écrite avec beaucoup d’émotion et de conviction et qui ne prêche pour aucune religion. Et dans une ère où tant de pays sont confrontés à des guerres cruelles qui touchent beaucoup les enfants et les femmes, il n’est pas vain d’enseigner aux enfants à s’interroger sur une réalité qui fait mal et qui crée un climat de vengeance de par le monde. Nos enfants y sont confrontés chaque jour par les actualités.

L’album vaut beaucoup par la qualité et l’impact de ses illustrations surdimensionnées ; certaines évoquent les très gros plans des films de Sergio Leone. Ça peut cependant s’avérer trop impressionnant pour les tout-petits de 5-6 ans.


VEUX-TU ÊTRE MON VALENTIN ?
Auteur : Jerry Pallotta
Illustrations : David Biedrzycki
Éditions : Scholastic
5 ans+

Henriette, une hippopotame toute rose et de bonne taille, affiche tout au long de l’histoire un gentil sourire et des yeux séducteurs. C’est qu’elle se cherche un Valentin pour le 14 février.

Malheureusement, tous ses amis de l’autre sexe refusent parce qu’ils lui reprochent chacun, avec un air snob, un « je ne sais quoi » qui la différencie. Autant le papillon, le dauphin, le léopard, l’éléphant que tous les autres. Elle est accompagnée partout d’un petit oiseau jaune à tête rouge qui intervient sans prononcer un mot en l’aidant du mieux qu’il le peut.
NOUVEAUTÉS EN LITTÉRATURE JEUNESSE (40)


Henriette ne s’offusque pas et elle continue ses recherches, son noeud papillon décoré de coeurs sur la tête. Des coeurs, il y en a partout : sur une couronne de fleurs, dans la forme de son miroir, sur son casque de cycliste, dans la forme d’une montgolfière, sur ses ongles d’orteil et même dans le ciel où flottent des nuages en forme de coeurs transpercés d’une flèche.

Henriette garde pourtant le moral jusqu’à la fin où l’on découvre que ce conte comique sur les différences nous réserve un développement inattendu et réjouissant. La morale est amusante et qui sait, Henriette se trouvera peut-être un valentin…


Claude Daigneault







2014-01-22 - 09:43:46
Suzanne F.

Je suis vraiment jalouse là! Ce livre Par une belle nuit d'hiver, me fait vraiment envie! Un très beau cadeau à faire à un jeune! Quelle poésie...





Pour laisser un commentaire, remplissez ce formulaire.

Votre nom ou alias
Votre site web
Votre adresse de courriel (optionnel)
Vos commentaires
Vérification pour réduire les pourriels: entrez le numéro affiché ci-contre

Numéro: