Les Éditions de la Noraye

Petite vengeance deviendra grande
Le culte des déesses
Une fille ça ne pleure pas
Les Frincekanoks
Le courage du mouton
ainsi que les albums pour enfants
Une amitié explosive
Le grand projet
Pyro fugue
et
Le visiteur
sont désormais disponibles
en format numéique.
Visitez le site dont l'adresse apparaît
ci-dessous pour les commander.
http://vitrine.entrepotnumerique.com


12,95$


19,95$


12,95$


En vente en librairie





Accueil / Voir nouveaux textes
Voir anciens textes
Livres de l'auteur



À propos de ce blog
Ce blogue est destiné aux gens qui aiment la littérature québécoise et la langue française. L’auteur apprécierait particulièrement que les lecteurs qui connaissent ses livres lui fassent part de leurs commentaires pour qu’il puisse échanger avec eux.

L’actualité littéraire est au cœur des échanges d’opinion possibles et quiconque veut faire connaître ses opinions sur des publications récentes ou faire part de la publication d’une œuvre y est le bienvenu.



À propos de l'auteur
(Sherbrooke, 31 mai 1942- ) Claude Daigneault fait ses études classiques au Séminaire Saint-Charles Borromée de Sherbrooke. Il entreprend une carrière de rédacteur publicitaire à Toronto en 1961, puis il devient journaliste à L'Événement et au Soleil de Québec dès 1963. Il restera au Soleil jusqu'en 1979, tour à tour rédacteur-traducteur aux informations internationales, chroniqueur à l'éducation, directeur de la section Arts et Lettres, critique d’art, de littérature et de cinéma, éditeur des informations internationales et chef de pupitre. Ses fonctions l'amèneront également à faire des reportages dans plusieurs pays. Claude Daigneault quitte le journalisme en 1979 et entre à l'Institut québécois du Cinéma comme directeur, puis administrateur de l'aide à la scénarisation. En 1984, il occupe le poste de directeur des Communications à Téléfilm Canada. Il revient ensuite au journalisme, de 1985 à 1993, alors qu'il est chef adjoint du service français de la Presse Canadienne, puis responsable des textes documentaires. En 1993, il retourne à Téléfilm Canada en tant qu'analyste de scénarios. De 1998 à 2005, il est script-éditeur et scénariste pour diverses compagnies de production de films et de séries télévisées. Depuis, il consacre la majeure partie de son temps à écrire des romans et des nouvelles.

Quelques sites que nous aimons
Suzanne Olivier
De ma culture à la vôtre
Culture Lanaudière
Luciole
Pause lecture

Les Éditions de la Noraye

« Lors même qu’on n’est pas le chêne ou le tilleul, Ne pas monter bien haut, peut-être, mais tout seul ! »

(CYRANO DE BERGERAC, d’Edmond Rostand, second acte, scène VIII)





2014-01-28 - 09:39:29

Décès du grand Pete Seeger


On savait qu'il n'était pas éternel, mais j'ai ressenti sa mort comme un choc. Avec lui meurt un sens de la contestation dont il ne reste que des traces aujourd'hui. Cet homme a été le brûlot qui a soulevé les universités américaines contre la guerre de Vietnam et en ce sens a contribué à la fin de cette guerre et à la survie de nombreux jeunes Américains. Ses magnifiques chansons à l'origine du courant folk des années 1955-1970 vont lui survivre. Il a su exprimer les préoccupations des ouvriers, des jeunes, et surtout des Noirs américains. "We Shall Overcome."!
Claude Daigneault



Le chanteur Pete Seeger, légende du folk américain et du «protest song» portant la voix de la classe ouvrière, est décédé à New York à l'âge de 94 ans, après avoir inspiré des générations d'artistes comme Bob Dylan, Joan Baez ou Bruce Springsteen, a annoncé sa famille.

Son décès lundi au Presbyterian Hospital de New-York a été confirmé par son petit-fils au New York Times.
Décès du grand Pete Seeger

Engagé dans lutte pour les droits civiques et contre la guerre du Vietnam, Pete Seeger est considéré comme un des pionniers de la musique folk, au même titre que son ami Woody Guthrie.

Inspirées des spirituals afro-américains, ses chansons «If I had a Hammer» ou «Where have all the flowers gone» coécrites avec Guthrie sont devenues des classiques du répertoire américain.

Elles ont fait l'objet de nombreuses reprises et adaptations par des artistes étrangers, de Claude François en France («Si j'avais un marteau») ou Graeme Allwright («Petites boîtes») au Chilien Victor Jara. Le groupe canadien-anglais "The Travelers" avait réécrit la chanson "This Land Is My Land" pour lui donner une saveur géographique de Vancouver à Yerre-Neuve au début des années 1960.

Pete Seeger a aussi popularisé l'hymne du mouvement de défense des droits civiques aux États-Unis, «We Shall Overcome».

Avec son groupe The Weavers ou seul accompagné de sa guitare à 12 cordes ou de son banjo, il avait séduit un large public, plutôt marqué à gauche, aussi bien avec ses chansons engagées que ses mélodies enfantines et des hymnes faciles à reprendre en choeur.

Mentor dans les années de Bob Dylan, Joan Baez ou le groupe Peter, Paul and Mary, son répertoire a plus tard inspiré un album de Bruce Springsteen en 2006.

Lors d'un concert organisé à Madison Square Garden à New York pour son 90e anniversaire, Bruce Springsteen l'a présenté comme «la légende vivante le la musique et la conscience de l'Amérique, un témoin du pouvoir de la chanson et de la culture pour donner un coup de pouce à l'histoire», a rappelé le New York Times .

Le chanteur avait été poursuivi pendant la chasse aux sorcières organisée durant la période du Maccarthysme, dans les années 1950, pour son engagement dans le Parti communiste américain, dont il a été membre dans les années 1940 et 50.

Refusant de témoigner au nom de la liberté d'expression et d'opinion garantie par le premier amendement de la constitution américaine, il a été condamné plusieurs foisà de la prison pour outrage au Congrès, une peine annulée en appel, qui ne sera jamais exécutée.

Leader du «protest song» américain, il a été tour à tour la voix du mouvement ouvrier, de la lutte pour l'égalité raciale, du mouvement contre la guerre du Vietnam dans les années 1960, puis dans les années 1970 de la défense de l'environnement.

Ses combats pour les droits civiques des Noirs américains ont valu au chanteur l'amitié du leader noir du mouvement Martin Luther King.

Accompagné de son petit-fils Tao Rodriguez Seeger, chanteur lui aussi, il a entonné sur scène le célèbre «This Land Is Your land» lors du concert inaugural à Washington du premier mandat de Barack Obama, en 2009.






Pour laisser un commentaire, remplissez ce formulaire.

Votre nom ou alias
Votre site web
Votre adresse de courriel (optionnel)
Vos commentaires
Vérification pour réduire les pourriels: entrez le numéro affiché ci-contre

Numéro: