Les Éditions de la Noraye

Petite vengeance deviendra grande
Le culte des déesses
Une fille ça ne pleure pas
Les Frincekanoks
Le courage du mouton
ainsi que les albums pour enfants
Une amitié explosive
Le grand projet
Pyro fugue
et
Le visiteur
sont désormais disponibles
en format numéique.
Visitez le site dont l'adresse apparaît
ci-dessous pour les commander.
http://vitrine.entrepotnumerique.com


12,95$


19,95$


12,95$


En vente en librairie





Accueil / Voir nouveaux textes
Voir anciens textes
Livres de l'auteur



À propos de ce blog
Ce blogue est destiné aux gens qui aiment la littérature québécoise et la langue française. L’auteur apprécierait particulièrement que les lecteurs qui connaissent ses livres lui fassent part de leurs commentaires pour qu’il puisse échanger avec eux.

L’actualité littéraire est au cœur des échanges d’opinion possibles et quiconque veut faire connaître ses opinions sur des publications récentes ou faire part de la publication d’une œuvre y est le bienvenu.



À propos de l'auteur
(Sherbrooke, 31 mai 1942- ) Claude Daigneault fait ses études classiques au Séminaire Saint-Charles Borromée de Sherbrooke. Il entreprend une carrière de rédacteur publicitaire à Toronto en 1961, puis il devient journaliste à L'Événement et au Soleil de Québec dès 1963. Il restera au Soleil jusqu'en 1979, tour à tour rédacteur-traducteur aux informations internationales, chroniqueur à l'éducation, directeur de la section Arts et Lettres, critique d’art, de littérature et de cinéma, éditeur des informations internationales et chef de pupitre. Ses fonctions l'amèneront également à faire des reportages dans plusieurs pays. Claude Daigneault quitte le journalisme en 1979 et entre à l'Institut québécois du Cinéma comme directeur, puis administrateur de l'aide à la scénarisation. En 1984, il occupe le poste de directeur des Communications à Téléfilm Canada. Il revient ensuite au journalisme, de 1985 à 1993, alors qu'il est chef adjoint du service français de la Presse Canadienne, puis responsable des textes documentaires. En 1993, il retourne à Téléfilm Canada en tant qu'analyste de scénarios. De 1998 à 2005, il est script-éditeur et scénariste pour diverses compagnies de production de films et de séries télévisées. Depuis, il consacre la majeure partie de son temps à écrire des romans et des nouvelles.

Quelques sites que nous aimons
Suzanne Olivier
De ma culture à la vôtre
Culture Lanaudière
Luciole
Pause lecture

Les Éditions de la Noraye

« Lors même qu’on n’est pas le chêne ou le tilleul, Ne pas monter bien haut, peut-être, mais tout seul ! »

(CYRANO DE BERGERAC, d’Edmond Rostand, second acte, scène VIII)





2014-02-26 - 09:09:00

NOUVEAUTÉS EN LITTÉRATURE JEUNESSE (45)


NOUVEAUTÉS EN LITTÉRATURE JEUNESSE (45)

La citation du jour :

« …Quand, dans ce monde, un homme a quelque chose à dire, la difficulté n’est pas de lui faire dire, mais de l’empêcher de le dire trop souvent. »

(George-Bernard Shaw, écrivain britannique, 1856-1950, in César et Cléopâtre, acte IV, César)


MONSIEUR KHALOON
Auteur/illustrateur : Jean Lacombe
Idée : Annie Lapointe
Collection : Ma petite vache a mal aux pattes
Éditions : Soulières éditeur
7 ans+

Un jeune garçon se voit privé de ses amis et de ses amusements lorsque ses parents décident qu’ils préfèrent la banlieue à la ville. Le déménagement le plonge dans la morosité : comment se faire des amis dans un quartier qu’on ne connaît pas ? Et quand le voisin immédiat est un vieux grincheux qui ne vit que pour ses aménagements horticoles et ne tolère aucun enfant dans son environnement immédiat ?

Antoine trouve un moyen original de se trouver de nouveaux amis de son âge et les voilà qui forment une « bande des quatre » s’amusant à des jeux tous plus farfelus les uns que les autres, sans oublier de jouer des tours au voisin malappris qui n’aime pas la compagnie des enfants.
NOUVEAUTÉS EN LITTÉRATURE JEUNESSE (45)

Ce petit livre se présente un peu comme une BD. Le texte est bref et incisif dans la page de gauche. Les illustrations, aux traits simples à peine esquissés mais éloquents, occupent la page de droite, sur fond tramé de forme excentrique. L’humour qui anime ces pages est susceptible de rejoindre autant les adultes que les enfants. Les mimiques des personnages sont expressives en dépit du crayonnage sobre, la marque d’un dessinateur d’expérience à l’imagination fertile.

Dans ma lointaine jeunesse, j’ai fait partie d’une bande de petits voisins de ce genre ; la rue était notre terrain de jeux. On inventait toutes sortes d’exploits, parfois dangereux à bien y penser, et souvent tellement impayables que j’en ris encore aujourd’hui. Avez-vous déjà enfoncé une pomme de terre dans le tuyau d’échappement d’une voiture ? Le résultat est pétaradant. Bien que je ne vais pas vous donner de mauvaises idées. À ne pas répéter à votre enfant de 9 ans et moins.

Mais la « bande des quatre », elle, va trouver un moyen particulièrement rigolo de se moquer du vieux grincheux qui n’apprécie pas sa présence bruyante autour de chez lui.

Un savoureux mini-roman !


MON PARADIS PERDU
Auteure : Cécile Gagnon
Collection : Atout
Couverture : Marion Arbona
Éditions Hurtubise
10 ans+

Ce roman jeunesse d’une auteure bien connue des jeunes en raison du grand nombre de livres qu’elle a publiés, traite aussi d’un sujet parent du livre ci-dessus, soit un déménagement. Mais, il n’y a pas de place pour l’humour dans cette histoire fondée sur des faits véridiques qui se sont déroulés en Gaspésie et au Bas du Fleuve entre les années 1970 et 1974.
Car le déménagement en question pourrait aussi s’appeler « le grand dérangement ». Sous l’administration de Robert Bourassa, Premier ministre libéral de l’époque, le Bureau d’aménagement de l’Est du Québec (BAEQ) a mis au point un projet de fermeture de villages et de paroisses que les fonctionnaires trouvaient non « rentables » parce que sans vocation économique, puisque peu d’industries y étaient établies, si ce n’est l’agriculture et la coupe du bois. Pendant ces années, l’administration gouvernementale a fait pression sur les populations locales pour leur faire abandonner leurs fermes et leurs maisons, en échange de compensations souvent dérisoires. Les maisons, les granges furent brûlées et les paysans durent niveler leurs champs pour arracher toute trace de culture. La forêt a, depuis lors, repris ses droits.

NOUVEAUTÉS EN LITTÉRATURE JEUNESSE (45)
Adrien est un jeune garçon d’une famille de cinq enfants, heureux de son sort et de sa vie dans un univers où, malgré une relative pauvreté, l’existence conserve des moments de bonheur et de joie. Il se rend à l’école à pied, beau temps mauvais temps, avec ses frères et soeurs ; il aime l’étude, il aime rêver, il aime se servir de son imagination.

La vie est rude sans doute et l’éducation parentale est plutôt bourrue en raison de l’anxiété qui occupe les conversations des parents et des préoccupations qu’ils refusent d’affronter, convaincus d’avoir la liberté du choix.

C’est dans ce climat que grandissent les enfants de ces villages aujourd’hui disparus. Le récit débute dans la bouche d’un Adrien adulte qui, après des décennies, décide d’accompagner des camarades d’enfance désireux de faire une partie de chasse. Peu intéressé par les carnages, Adrien va plutôt revisiter les lieux de son enfance et se replonger dans ce qui fut alors sa vie, marquée par son amour enfantin pour la belle Angéline, sa meilleure amie. À sa suite, le lecteur suit l’évolution de la conscience de l’enfant face à la mentalité de l’époque. Les événements sont racontés en séquences brèves et le rythme est captivant. L’émotion est grande.

L’histoire débute à l’automne 1970, mais, étrangement, l’auteure escamote totalement la crise d’octobre. La famille possède pourtant une radio ; un tel événement était connu et aurait pu renforcer le climat d’inquiétude dans lequel on se trouvait alors.

Cécile Gagnon décrit avec justesse le dilemme d’Adrien : ce n’est pas tant le départ qui l’effraie que l’inconnu qu’il devra affronter dans la ville de Matane. Mais sa nouvelle vie aura un grand rôle à jouer dans ce qu’il deviendra à l’âge adulte et qui ne nous est révélé qu'à la fin. Son retour sur les lieux de son enfance ne lui permet pas seulement de se reconnecter avec émotion à ses racines, mais aussi de mesurer à quel point toute chose est nécessaire dans la vie pour accomplir son destin.

Un roman historique comme celui-ci peut faire naître chez les préados le goût de s’intéresser à l’histoire contemporaine du Québec de façon à mieux comprendre leur rôle de citoyens.


ENTRE TOI ET MOI
Auteure et illustratrice : Geneviève Côté
Éditions Scholastic
3 à 7 ans

Geneviève Côté s’est d’abord fait connaître comme illustratrice d’auteurs jeunesse connus, tels Gilles Tibo et Danielle Simard. On en a comme preuves les nombreuses distinctions reçues dont le prix Elizabeth Mrazik-Cleaver, en 2005, et le prix du Gouverneur général, en 2007, dans la catégorie Littérature jeunesse – illustrations, pour La petite rapporteuse de mots, écrit par Danielle Simard.
NOUVEAUTÉS EN LITTÉRATURE JEUNESSE (45)

Mais sa réputation se répand depuis grâce aux albums pour les tout-petits qu’elle écrit et illustre avec brio.

Elle a déjà publié deux autres albums avec les personnages du lapinot et du cochonnet, intitulés « Comme toi » et « Sans toi ». Ce troisième s’intitule « Entre toi et moi » et raconte les difficultés des deux personnages de se retrouver sur une « scène » pour y jouer « une pièce de théâtre ». Évidemment tout cela est loufoque : la scène est une arrière-cour, le rideau trois serviettes accrochées à une corde à linge et les spectateurs une grenouille émotive et un papillon paisible.

Survient un petit conflit à propos des choix et des préférences de chacun et voilà les deux divas en pleine petite chicane enfantine. En somme, il s’agit d’un petit conte moral sur l’amitié et sur la nécessité de faire des compromis.

Chaque illustration couvre deux pages et présente les personnages sous des traits caricaturaux et des comportements propres aux jeunes enfants. Un trait marquant est l’habileté de l’auteure à rédiger des répliques courtes sous formes de rimettes. Les parents qui liront l’histoire à leurs jeunes enfants vont sûrement s’amuser autant qu’eux.

Claude Daigneault






Pour laisser un commentaire, remplissez ce formulaire.

Votre nom ou alias
Votre site web
Votre adresse de courriel (optionnel)
Vos commentaires
Vérification pour réduire les pourriels: entrez le numéro affiché ci-contre

Numéro: