Les Éditions de la Noraye

Petite vengeance deviendra grande
Le culte des déesses
Une fille ça ne pleure pas
Les Frincekanoks
Le courage du mouton
ainsi que les albums pour enfants
Une amitié explosive
Le grand projet
Pyro fugue
et
Le visiteur
sont désormais disponibles
en format numéique.
Visitez le site dont l'adresse apparaît
ci-dessous pour les commander.
http://vitrine.entrepotnumerique.com


12,95$


19,95$


12,95$


En vente en librairie





Accueil / Voir nouveaux textes
Voir anciens textes
Livres de l'auteur



À propos de ce blog
Ce blogue est destiné aux gens qui aiment la littérature québécoise et la langue française. L’auteur apprécierait particulièrement que les lecteurs qui connaissent ses livres lui fassent part de leurs commentaires pour qu’il puisse échanger avec eux.

L’actualité littéraire est au cœur des échanges d’opinion possibles et quiconque veut faire connaître ses opinions sur des publications récentes ou faire part de la publication d’une œuvre y est le bienvenu.



À propos de l'auteur
(Sherbrooke, 31 mai 1942- ) Claude Daigneault fait ses études classiques au Séminaire Saint-Charles Borromée de Sherbrooke. Il entreprend une carrière de rédacteur publicitaire à Toronto en 1961, puis il devient journaliste à L'Événement et au Soleil de Québec dès 1963. Il restera au Soleil jusqu'en 1979, tour à tour rédacteur-traducteur aux informations internationales, chroniqueur à l'éducation, directeur de la section Arts et Lettres, critique d’art, de littérature et de cinéma, éditeur des informations internationales et chef de pupitre. Ses fonctions l'amèneront également à faire des reportages dans plusieurs pays. Claude Daigneault quitte le journalisme en 1979 et entre à l'Institut québécois du Cinéma comme directeur, puis administrateur de l'aide à la scénarisation. En 1984, il occupe le poste de directeur des Communications à Téléfilm Canada. Il revient ensuite au journalisme, de 1985 à 1993, alors qu'il est chef adjoint du service français de la Presse Canadienne, puis responsable des textes documentaires. En 1993, il retourne à Téléfilm Canada en tant qu'analyste de scénarios. De 1998 à 2005, il est script-éditeur et scénariste pour diverses compagnies de production de films et de séries télévisées. Depuis, il consacre la majeure partie de son temps à écrire des romans et des nouvelles.

Quelques sites que nous aimons
Suzanne Olivier
De ma culture à la vôtre
Culture Lanaudière
Luciole
Pause lecture

Les Éditions de la Noraye

« Lors même qu’on n’est pas le chêne ou le tilleul, Ne pas monter bien haut, peut-être, mais tout seul ! »

(CYRANO DE BERGERAC, d’Edmond Rostand, second acte, scène VIII)





2014-06-04 - 09:06:47

NOUVEAUTÉS EN LITTÉRATURE JEUNESSE (59)


La citation du jour :
NOUVEAUTÉS EN LITTÉRATURE JEUNESSE (59)

« Quand pour la première fois, dans un vivant, l’instinct s’est aperçu au miroir de lui-même, c’est le Monde tout entier qui a fait un pas. »

(Pierre Teilhard de Chardin, philosophe et écrivain français, 1881-1955)

SVP, PRENEZ NOTE :

À compter de cette semaine, ma chronique sur la littérature jeunesse deviendra bimensuelle durant les semaines d’été. L’arrivée de nouveaux titres s’est considérablement ralentie, un phénomène estival normal, et il m’est impossible de justifier la parution d’une chronique hebdomadaire. Après tout, c’est aussi le temps des vacances pour les chroniqueurs bénévoles. :-))


ANNE FRANK
La jeune fille dont le journal a changé le monde
Auteure : Ann Kramer
Traduction de l’anglais : André Gagnon
Éditions : Hurtubise

J’ai conservé l’exemplaire en Livre de Poche publié en 1950 du « Journal » d’Anne Frank, acheté en 1959 (voir-ci-contre). En dépit du papier très jauni, il est resté en bon état, malgré les relectures. Comme si le témoignage refusait de disparaître. Comme si la lutte contre le racisme ne finirait jamais.
NOUVEAUTÉS EN LITTÉRATURE JEUNESSE (59)

La biographie qu’Ann Kramer lui consacre, sous forme d’album relié, est destinée aux adolescents qui souhaiteraient en savoir plus sur la vie de cette jeune fille au sourire lumineux. Abondamment illustré et dans une mise en page inhabituelle, ce livre, divisé en quatre parties, se présente comme un récit quasi journalistique, celui d’un article de fond dans un magazine.

Il a un petit côté album de famille grâce à toutes ces photos d’Anne, de sa soeur, de ses parents, de ses ami(e)s d’enfance, des lieux où elle a habité. Chaque bas de page contient des dates importantes de sa courte vie. Des cartes géographiques situent les lieux où elle a séjourné. Mais il présente aussi des instantanés de camps de concentration où les Nazis assassinaient des centaines de milliers d’enfants ; certains tout-petits affichent un visage innocent, inconscients du sort qui les attend. D’autres, des adolescents garçons et filles vêtus du tristement célèbre habit rayé des prisonniers, ont des faciès d’une tristesse incommensurable, résignés derrière des barbelés.
NOUVEAUTÉS EN LITTÉRATURE JEUNESSE (59)

Anne Frank fut l’une de ces adolescentes. Elle dont on disait qu’elle avait un côté clown (elle aimait surprendre les adultes en déboîtant volontairement ses épaules) était de santé fragile. Les difficultés croissantes de la vie d’esclave en camp de concentration, alliées aux restrictions alimentaires draconiennes et autres malaises engendrés par un long travail quotidien qu’un adulte en bonne santé aurait difficilement accompli, finiront par avoir raison de sa courte vie après des mois d’internement. Elle mourra en mars 1945, au camp de concentration de Bergen-Belsen …deux mois avant la libération de la Hollande par les Alliés.

Elle ne put cependant réaliser un voeu exprimé dans son journal intime le 11 avril 1944 : « Nous sommes des Juifs enchaînés, enchaînés dans un seul lieu, sans droit […]. Un jour, cette horrible guerre se terminera enfin, un jour nous pourrons être des êtres humains et pas seulement des Juifs ! »

Si ce livre peut faire connaître l’histoire d’Anne Frank aux adolescents d’aujourd’hui et surtout susciter leur intérêt pour la lecture de son Journal vendu à des dizaines de millions d’exemplaires, on assistera peut-être à un début d’ouverture d’esprit à une époque où les conflits ethniques et religieux ne cessent de coûter la vie à des milliers de personnes chaque année dans le monde.


LES CHAMPIONS
Tome 1 : Salut Gilles !
Auteure : Danielle Boulianne
Illustrations : Mathieu Lemond
Éditions du Phoenix
9 à 12 ans

Danielle Boulianne a trouvé dans le sport une source d’inspiration pour ses romans jeunesse. C’est un choix inusité, mais qui a permis à l’auteure d’inventer des histoires à la fois inspirantes et documentées.

L’auteure est habile à installer un conflit fondamental au sein de ses personnages et à le faire évoluer vers une résolution finale qui, sans être totalement inattendue, (après tout, elle n’écrit pas pour désespérer son public jeune mais pour le stimuler) se présente sous une forme haletante.

Le premier roman de sa série sur la course met en scène un garçon de 12 ans qui a le malheur de s’appeler… Gilles Villeneuve. Il demeure à Saint-Berthier où se tient chaque année une course de boîtes à savon, dont son père fut un grand héros avec quatre gains consécutifs, soit les quatre courses auxquelles il a participé puisqu’elle est réservée aux garçons et filles de 12 à 16 ans. Un record inégalé depuis.

Le hic c’est que le fils ne partage pas, mais pas du tout, la passion de son père pour les courses de F1, les héros de ce sport, les voitures du genre, etc. Gilles n’affectionne que la bicyclette, et plus particulièrement le vélo de montagne dont il est devenu un as.

L’histoire de cette divergence d’opinion, tout de même amicale, entre le père et le fils nous est racontée sur un ton alerte, pétillant et humoristique. Danielle Boulianne connaît bien son sujet : ça fourmille de détails historiques sur la F1 et évidemment sur l’authentique Gilles Villeneuve, décédé trop tôt malheureusement.
NOUVEAUTÉS EN LITTÉRATURE JEUNESSE (59)

L’auteure connaît bien les adolescents ; elle cerne avec habileté le problème de pression qui se fait sentir sur les épaules du jeune garçon, soucieux de ne pas déplaire à ses parents, mais très désireux de faire connaître son intention de ne pas participer à la course. D’autant plus qu’il est la victime des allusions malsaines d’un camarade de classe qui ne cesse de le houspiller, de l’insulter et de lui répéter ad nauseam qu’il est le meilleur et que c’est lui qui va remporter la course. Cette sous intrigue est d’ailleurs très bien menée et décrit un comportement parental inadmissible.

Mais une série d’événements tous plus mystérieux les uns que les autres vont survenir et faire en sorte que Gilles va acquérir une nouvelle perspective de la relation qu’il entretient avec son père. Le déroulement des événements va se transformer du tout au tout et atteindre un niveau d’action palpitant avant une fin inattendue et émouvante tout à la fois.

Sans morale gna-gna, le livre contient un témoignage sur l’effort requis d’un jeune adolescent pour surmonter des situations ardues tout en acquérant une certaine maturité. Un bon roman jeunesse pour l’été qui s’annonce.


BLEU GRENOUILLE
Auteure : Marie-Frédérique Laberge-Milot
Illustrations : Anne-Marie Bourgeois
Collection : Sésame
Éditions Pierre Tisseyre
6 à 9 ans

L’auteure de ce petit roman farfelu a-t-elle une préférence pour les titres « colorés » ? Le premier qu’elle a publié en 2013 s’intitulait « Rouge banane ». Et voilà que celui s’appelle « Bleu grenouille » Enfin, ça lui laisse une vaste sélection de couleurs contrastant avec une multitude d’objets pour d’autres romans. :-))
NOUVEAUTÉS EN LITTÉRATURE JEUNESSE (59)

Cette fois, il est question d’un jeune garçon du primaire, Sam L’Étoile-Gagnon qui a tellement hâte aux vacances estivales qu’il lui semble que le temps s’est mis au ralenti tellement il s‘étire. Il faut dire que Sam, tout comme son meilleur ami Fred, est un maniaque des nombres. Les calculs savants auxquels il procède ne semblent pas expliquer le pourquoi de cette situation.

Fils de parents séparés, Sam apprend qu’il devra passer ses vacances d’été chez ses grands-parents, au bord d’un lac. Ce ne sera pas une partie de plaisir, découvre-t-il : Papi et Mamie sont à la retraite et pour eux, le temps doit s’écouler lentement. Le garçon en prend vite conscience en constatant que les parties de cartes s’éternisent parce que sa grand-mère ne prend une décision concernant une carte qu’après avoir changé plus d’une fois d’idée.

Pour « rachever » le plat, les deux jumeaux Lebrun, des voisins, « les copies pirates » comme il les appelle se sont donné le mot pour lui gâcher son été. C’est alors que Sam fait la découverte d’une grenouille bleue…

L’auteure a un sens de l’humour fort sympathique. Elle fait ici et là des calembours (« Le problème avec les tics, c’est qu’ils sont automatiques. »), mais elle a surtout le souci de faire appel à un vocabulaire complexe pour solliciter le goût d’apprendre de nouveaux mots chez les jeunes lecteurs. Bravo ! Elle a une façon de décrire en mode résumé tout en racontant beaucoup. Et elle invente même des mots (« babougonner » par exemple J) qui vont réjouir les lecteurs(trices).

J’aurais peut-être souhaité que la fin soit moins précipitée ; c’est signe que l’on a bien aimé un livre dans un tel cas.

Un petit roman qui transforme les jours de pluie en jour de rire, l’été.


Claude Daigneault






Pour laisser un commentaire, remplissez ce formulaire.

Votre nom ou alias
Votre site web
Votre adresse de courriel (optionnel)
Vos commentaires