Les Éditions de la Noraye

Petite vengeance deviendra grande
Le culte des déesses
Une fille ça ne pleure pas
Les Frincekanoks
Le courage du mouton
ainsi que les albums pour enfants
Une amitié explosive
Le grand projet
Pyro fugue
et
Le visiteur
sont désormais disponibles
en format numéique.
Visitez le site dont l'adresse apparaît
ci-dessous pour les commander.
http://vitrine.entrepotnumerique.com


12,95$


19,95$


12,95$


En vente en librairie





Accueil / Voir nouveaux textes
Voir anciens textes
Livres de l'auteur



À propos de ce blog
Ce blogue est destiné aux gens qui aiment la littérature québécoise et la langue française. L’auteur apprécierait particulièrement que les lecteurs qui connaissent ses livres lui fassent part de leurs commentaires pour qu’il puisse échanger avec eux.

L’actualité littéraire est au cœur des échanges d’opinion possibles et quiconque veut faire connaître ses opinions sur des publications récentes ou faire part de la publication d’une œuvre y est le bienvenu.



À propos de l'auteur
(Sherbrooke, 31 mai 1942- ) Claude Daigneault fait ses études classiques au Séminaire Saint-Charles Borromée de Sherbrooke. Il entreprend une carrière de rédacteur publicitaire à Toronto en 1961, puis il devient journaliste à L'Événement et au Soleil de Québec dès 1963. Il restera au Soleil jusqu'en 1979, tour à tour rédacteur-traducteur aux informations internationales, chroniqueur à l'éducation, directeur de la section Arts et Lettres, critique d’art, de littérature et de cinéma, éditeur des informations internationales et chef de pupitre. Ses fonctions l'amèneront également à faire des reportages dans plusieurs pays. Claude Daigneault quitte le journalisme en 1979 et entre à l'Institut québécois du Cinéma comme directeur, puis administrateur de l'aide à la scénarisation. En 1984, il occupe le poste de directeur des Communications à Téléfilm Canada. Il revient ensuite au journalisme, de 1985 à 1993, alors qu'il est chef adjoint du service français de la Presse Canadienne, puis responsable des textes documentaires. En 1993, il retourne à Téléfilm Canada en tant qu'analyste de scénarios. De 1998 à 2005, il est script-éditeur et scénariste pour diverses compagnies de production de films et de séries télévisées. Depuis, il consacre la majeure partie de son temps à écrire des romans et des nouvelles.

Quelques sites que nous aimons
Suzanne Olivier
De ma culture à la vôtre
Culture Lanaudière
Luciole
Pause lecture

Les Éditions de la Noraye

« Lors même qu’on n’est pas le chêne ou le tilleul, Ne pas monter bien haut, peut-être, mais tout seul ! »

(CYRANO DE BERGERAC, d’Edmond Rostand, second acte, scène VIII)





2014-06-18 - 21:20:19

L'écrivaine québécois Claire Martin est décédée


La doyenne des lettres québécoises, Claire Martin, n’est plus. Elle est décédée au matin du 18 juin.

Après avoir travaillé à Radio-Canada (c’est elle qui a annoncé aux auditeurs de la radio la fin de la Seconde Guerre mondiale), elle a mené une fructueuse carrière littéraire : son premier livre, Avec ou sans amour, un recueil de nouvelles, lui vaut en 1958 le prix du Cercle du livre de France. Le roman Doux-amer (1960) apparaît sur la liste du prix Femina (ses livres paraissent au Québec chez Pierre Tisseyre et en France chez Robert Laffont). Le personnage de Gabrielle, une romancière, s’établit d’emblée comme l’un des plus forts de l’époque, à telle enseigne qu’on y a vu une femme annonciatrice de la Révolution tranquille.
L'écrivaine québécois Claire Martin est décédée

La célébrité viendra avec la parution du diptyque "Dans un gant de fer "(La joue gauche, 1965 ; La joue droite, 1966). Première grande mémorialiste de nos lettres, elle y relate ses années d’enfance dans une famille dominée par un père violent, puis son passage dans les écoles tenues par les religieuses. Elle mettait ainsi fin au silence de toute une société à propos du sort infligé aux femmes et aux jeunes filles.

Après une quasi-retraite d’un quart de siècle (elle a traduit en français des romanciers canadiens), elle revenait en 1999 avec Toute la vie, livre auquel se sont ajoutés des romans (de L’amour impuni à L’inconnu parle encore), les courts essais d’À propos (2006) et des nouvelles (Le feu purificateur, son dernier livre, publié en 2008 alors qu’elle avait 94 ans), livres parus aux éditions de L’instant même. Le magnifique documentaire de Jean-Pierre Dussault et Jean Fontaine, Quand je serai vieille, je rangerai mon stylo (2009) a rappelé que la vie de Claire Martin se confondait avec l’histoire du Québec du xxe siècle.

Le jour de ses cent ans, à quelqu’un qui lui offrait ses meilleurs vœux pour ce centenaire bien compté, elle a répliqué du tac au tac qu’il s’agissait de son premier centenaire ! Son esprit de repartie restera vif à l’esprit de ceux qui ont connu Claire Martin, lauréate du Prix du CLF, du prix du Gouverneur général et du prix Jean-Hamelin, membre de la Société royale du Canada, de l’Ordre du Canada, de l’Ordre national du Québec, de l’Ordre des Arts et des Lettres de la République française et de l’Académie des Grands Québécois. En 1999, elle avait aussi reçu la Médaille de l’Académie des lettres du Québec.






Pour laisser un commentaire, remplissez ce formulaire.

Votre nom ou alias
Votre site web
Votre adresse de courriel (optionnel)
Vos commentaires