Les Éditions de la Noraye

Petite vengeance deviendra grande
Le culte des déesses
Une fille ça ne pleure pas
Les Frincekanoks
Le courage du mouton
ainsi que les albums pour enfants
Une amitié explosive
Le grand projet
Pyro fugue
et
Le visiteur
sont désormais disponibles
en format numéique.
Visitez le site dont l'adresse apparaît
ci-dessous pour les commander.
http://vitrine.entrepotnumerique.com


12,95$


19,95$


12,95$


En vente en librairie





Accueil / Voir nouveaux textes
Voir anciens textes
Livres de l'auteur



À propos de ce blog
Ce blogue est destiné aux gens qui aiment la littérature québécoise et la langue française. L’auteur apprécierait particulièrement que les lecteurs qui connaissent ses livres lui fassent part de leurs commentaires pour qu’il puisse échanger avec eux.

L’actualité littéraire est au cœur des échanges d’opinion possibles et quiconque veut faire connaître ses opinions sur des publications récentes ou faire part de la publication d’une œuvre y est le bienvenu.



À propos de l'auteur
(Sherbrooke, 31 mai 1942- ) Claude Daigneault fait ses études classiques au Séminaire Saint-Charles Borromée de Sherbrooke. Il entreprend une carrière de rédacteur publicitaire à Toronto en 1961, puis il devient journaliste à L'Événement et au Soleil de Québec dès 1963. Il restera au Soleil jusqu'en 1979, tour à tour rédacteur-traducteur aux informations internationales, chroniqueur à l'éducation, directeur de la section Arts et Lettres, critique d’art, de littérature et de cinéma, éditeur des informations internationales et chef de pupitre. Ses fonctions l'amèneront également à faire des reportages dans plusieurs pays. Claude Daigneault quitte le journalisme en 1979 et entre à l'Institut québécois du Cinéma comme directeur, puis administrateur de l'aide à la scénarisation. En 1984, il occupe le poste de directeur des Communications à Téléfilm Canada. Il revient ensuite au journalisme, de 1985 à 1993, alors qu'il est chef adjoint du service français de la Presse Canadienne, puis responsable des textes documentaires. En 1993, il retourne à Téléfilm Canada en tant qu'analyste de scénarios. De 1998 à 2005, il est script-éditeur et scénariste pour diverses compagnies de production de films et de séries télévisées. Depuis, il consacre la majeure partie de son temps à écrire des romans et des nouvelles.

Quelques sites que nous aimons
Suzanne Olivier
De ma culture à la vôtre
Culture Lanaudière
Luciole
Pause lecture

Les Éditions de la Noraye

« Lors même qu’on n’est pas le chêne ou le tilleul, Ne pas monter bien haut, peut-être, mais tout seul ! »

(CYRANO DE BERGERAC, d’Edmond Rostand, second acte, scène VIII)





2014-10-08 - 09:04:59

NOUVEAUTÉS EN LITTÉRATURE JEUNESSE (68)


NOUVEAUTÉS EN LITTÉRATURE JEUNESSE (68)


LA CITATION DU JOUR :

« L’homme succombera tué par l’excès de ce qu’il appelle la civilisation. » (Jean Henri Fabre, entomologiste et écrivain français, 1823-1915)


ENSEMBLE
Partie 2 du même titre
Auteure : Tania Boulet
Collection : Titan
Éditions Québec Amérique
12 ans+

La première partie de ce roman était du nombre des tout premiers livres que j’ai recensés, il y a près de deux ans (soit le 6 mars 2013,) dans ma première chronique « Nouveautés en littérature jeunesse. » C’est avec une certaine émotion que j’ai refait connaissance avec Alissa, une adolescente qui cherche à donner un sens à sa vie.

Et cette interrogation qui a souvent soulevé des confrontations avec sa mère dans le passé est rendue plus dramatique cette fois parce qu’elle est enceinte de son amoureux Benjamin. Si le premier tome était tragi-comique, ce deuxième affiche un ton beaucoup plus sérieux.
NOUVEAUTÉS EN LITTÉRATURE JEUNESSE (68)

Sa silhouette ne laisse pas encore deviner son état, mais Alissa sait que ce n’est qu’une question de temps et qu’elle devra affronter les regards et les jugements de toute l’école secondaire qu’elle fréquente à sa dernière année avant le Cégep. Déjà que ce n’est pas une sinécure de subir les premiers effets de sa grossesse et la répugnance de son médecin face à son état, en raison de son jeune âge (elle aura 17 ans dans quelques semaines).

Son éternelle querelle avec sa mère va continuer de la préoccuper, mais en évoluant petit à petit vers une relation moins heurtée.

Rédigé une fois encore à la première personne, le ton introspectif du roman augmente la véracité des sentiments et des crises de conscience d’Alissa. Mais la jeune fille progresse sur la route de la maturité et va s’employer lucidement à réévaluer la relation amoureuse, pourtant très sincère, qui la lie à Benjamin. Dans ces moments, les dialogues entre elle et son amoureux sont particulièrement efficaces et percutants. Les comportements qui iront parfois jusqu’à l’affrontement des deux protagonistes sont bien réussis. Le portrait des amours adolescentes est tracé avec intelligence.

Tania Boulet sait amener des rebondissements qui maintiennent le rythme du récit et supportent l’intérêt sans défaillir. Le choix de ses premiers vêtements maternité et la recherche de son père biologique qui a quitté sa mère avant même sa naissance, sont du nombre des scènes bien réussies et émouvantes à la fois.

Alissa réagit souvent comme une ado qui a des idées fixes et qui ne discerne pas toujours le vrai du faux dans ses perceptions de la réalité. Mais c’est un très beau personnage de roman qui affronte l’adversité en dépit de ses inquiétudes et dont la force de caractère est telle qu’elle n’hésite pas à prendre sa vie en main et décider de la vivre à sa manière. La résolution finale est brillamment amenée.

Adolescents et adultes trouveront leur compte dans cette histoire racontée avec force.


L’AGENT JEAN
L’ultime symbole absolu
Tome 7
Auteur et illustrateur : Alex A.
Collection : L'agent Jean
Éditions : Presses Aventure.
Pour les 8 à 14 ans


Saisi par l’agencement des illustrations dans une mise en page audacieuse, le lecteur entre dans l’univers exalté de l’agent Jean comme on entre dans le palais des miroirs dans les foires annuelles de ma lointaine enfance.
NOUVEAUTÉS EN LITTÉRATURE JEUNESSE (68)

Ces personnages animaliers difformes se prennent très au sérieux dans cette Agence indéfinie qui opère dans un univers où la science du futur joue un grand rôle. Sauf pour l’agent Jean, l’insignifiant de service qui parvient immanquablement à résoudre les situations complexes engendrées par de nombreux événements menaçants à la manière d’un clown héros de film muet. D’ailleurs, l’auteur a même recours au flash-back pour soutenir sa mystérieuse trame dramatique.

Un gag n’attend pas l’autre ; on rit beaucoup, mais on cherche un peu au début le sens de cette aventure dont l’absurdité est totale. Je sais que cette BD séduit les jeunes ; ils y voient sans doute une façon de solutionner des situations pour le moins difficiles. Relever un défi, ça peut avoir beaucoup de charme pour un jeune lecteur (et peut-être aussi les plus vieux…)

L’histoire se déroule à un train d’enfer. J’emploie ici le résumé qu’en fait l’éditeur : « Alors que Billy est en pleins préparatifs pour son mariage, que Théodore est porté disparu et que le Castor est de retour avec un plan démoniaque, Jean met en branle une périlleuse opération de sauvetage comme lui seul peut en imaginer. Arrivera-t-il une fois de plus à protéger le monde de sa destruction imminente ? »

Il s’ensuit beaucoup de bagarres et l’apparition de nombreux dangers, le tout dans un climat de faussetés scientifiques et de multiples effets visuels. Et… il est déjà prévisible que l’aventure se prolongera dans un prochain tome ; deux autres devraient paraître d’ici à la fin de 2015. De plus, une autre série de quatre tomes, intitulée « L’agent Jean 2 », est prévue pour publication à partir de 2016.


LES INTOUCHABLES
Tome 3 : Compétition extrême
Texte : Cathleen Rouleau
Illustrations : Tristan Demers
Décors : Jocelyn Jalette
Éditions : Les Malins
8 ans+

Cet album relié (le tome 3) se présente sous couverture cartonnée et est abondamment illustré. Même la police de caractères réserve un effet visuel aux jeunes lecteurs(trices) : de nombreux mots sont imprimés en couleurs et à l’aide de polices de caractères très différentes. Une façon originale d’attirer l’attention sur des termes précis et d’en apprendre l’orthographe.

De plus, des notes complémentaires en bas de pages expliquent la signification des termes employés dans le texte et cela sur un mode humoristique.
NOUVEAUTÉS EN LITTÉRATURE JEUNESSE (68)

Avec des héros comme ceux que nous révèle la page couverture, on ne peut que s’attendre à un roman rocambolesque. Adam Pointu (le seul vampire végétarien au monde !), Ophélie Larivière (une sirène qui vit sur terre et a un fort tempérament), Douglas Leblanc (un abominable homme des Neiges peureux et doux comme l’agneau qui vient de naître) et le lutin Joval (ventriloque émérite) participent comme à chaque année au Championnat des Braves d’une durée de six épreuves, en même temps que cinq autres équipes.

Ces épreuves à réussir à tout prix sont toutes plus originales l’une que l’autre et laissent présager dès le départ des aventures aussi inusitées les unes que les autres. Comme les dénouements de chacune d’ailleurs.

Ça se lit avec un sourire en coin. Le suspense est toujours au rendez-vous. Le texte contient plusieurs petites leçons de vie fort sympathiques et le dénouement final est d’un comique agréable.


LES POMPIERS
Collection : « Je sais tout »
Auteure : Christel Marchand
Montage : Shirley de Susini
Éditions : Les Malins
4 à 7 ans

J’ai eu un ami d’enfance qui rêvait d’être pompier. Chaque sirène hurlante le faisait quitter la table pour courir à la rue reluquer les rutilants camions de pompiers fonçant vers un incendie à éteindre. En tant que scouts, nous avons visité ensemble une caserne sise à quelques centaines de pieds de chez moi. Il était ébloui comme un enfant qui reçoit le cadeau de Noël attendu.

Je ne sais s’il reste beaucoup d’enfants qui aspirent à devenir pompiers ou pompières, mais si tel est le cas, je recommande à leurs parents de leur procurer cet album bien illustré.
NOUVEAUTÉS EN LITTÉRATURE JEUNESSE (68)

J’ai appris des faits que j’ignorais, par exemple que les premières pompes destinées à éteindre les incendies furent mises au jour en Égypte, lors de fouilles archéologiques. Des notions peu connues concernant le travail des pompiers, leurs outils et les camions à pompe sont réparties sous 8 catégories. Des jeux questionnaires permettent à l’enfant de vérifier s’il a bien saisi ce qui lui a été révélé.

Le genre d’album qui satisfait sans aucun doute la curiosité des tout-petits avec l’aide de leurs parents.


LES CHIENS DE TRAÎNEAUX
Collection « Je sais tout »
Auteure : Christel Marchand
Montage : Shirley de Susini
Éditions : Les Malins
4 à 7 ans

Voilà un sujet insolite pour les jeunes enfants des villes, tandis que ceux qui vivent à la campagne n’en seront pas étonnés puisque ce sport hivernal est encore beaucoup pratiqué. Il est encore très populaire dans les rangs qui jouxtent ma résidence.
NOUVEAUTÉS EN LITTÉRATURE JEUNESSE (68)

Donc, il n’est pas indispensable d’aller chez les Inuits pour voir un attelage traîner un traîneau et son « musher ».

La partie pratique de la composition d’un attelage et les détails sur l’alimentation de ces chiens ainsi que leur grande robustesse sont bien exprimés. J’aurais souhaité que le texte soit plus précis à deux endroits : à la page 2, il aurait été intéressant de savoir à quel endroit ont été trouvées des traces de l’emploi du traîneau à chiens datant de plus de 6000 ans et quelle était leur nature.

Et, à la page 19, où l’on révèle qu’un groupe de chiens ramenés du Groenland a permis d’achever, en 1913, la construction en Suisse du plus haut chemin de fer du monde, une précision sur la raison de leur utilisation aurait été la bienvenue.

Enfin, je précise que ces chiens, n’étant utiles qu’en hiver, s’ennuient épouvantablement à la chaleur à compter du printemps jusqu’à l’automne et qu’ils peuvent hurler à la mort des journées durant en l’absence des propriétaires. Avis à ceux qui habitent un troisième étage et souhaiteraient s’en procurer un ou deux.


BONNE NUIT TOI !
Auteure et illustratrice : Geneviève Côté
Éditions : Scholastic
3 à 6ans

Geneviève Côté a développé un style bien personnel pour exprimer, par le biais de la fantaisie humoristique, l’univers des tout jeunes enfants.

Elle a choisi cette fois l’aptitude des tout-petits à s’inventer des dangers (du genre du monstre caché en dessous du lit ou dans la garde-robe) et à ressentir des peurs cauchemardesques. À partir d’une situation commune aux enfants, celle de coucher dehors la nuit sous une tente, elle redonne vie à deux de ses personnages favoris, le lapinot et le cochonnet.
NOUVEAUTÉS EN LITTÉRATURE JEUNESSE (68)

Le lapin installe sa tente pendant que le petit cochon essaie de l’effrayer en lui prédisant la venue d’un monstre. Mais, tel est pris qui croyait prendre. Au tour du petit cochon de connaître la peur.

Ce petit album, dont les illustrations couvrent toutes deux pages, permet aux tout-petits d’apprendre à surmonter leurs peurs. Il suggère aussi comment on peut offrir son appui à l’autre pour l’aider à surmonter ses émotions engendrées par la peur de l’inconnu.

Une belle histoire à raconter à l’enfant qui ne sait pas encore lire et à faire lire à ceux qui l’ont appris.


BUNNY CHEVAL DE GUERRE
Une histoire vraie
Auteure : Elizabeth MacLeod
Illustratrice : Marie Lafrance
Texte français : Marie-Andrée Clermont
Éditions : Scholastic
7 ans+

Le centenaire de la Première Guerre Mondiale (1914-1918) a suscité peu de livres jeunesse au Québec. Celui-ci est l’oeuvre d’une auteure à succès de Toronto qui a mérité de multiples récompenses. Elle a été inspirée par un article qui racontait un épisode du genre.

On est tout d’abord frappé par les illustrations de Marie Lafrance qui prêtent des traits adoucis non seulement aux soldats sur les champs de bataille, mais aussi aux chevaux. L’évocation de la guerre n’a rien de commun avec ce que les innombrables documentaires télévisés nous ont fait voir depuis le début de l’année.
NOUVEAUTÉS EN LITTÉRATURE JEUNESSE (68)

Sur un ton très sentimental, Elizabeth MacLeod raconte une histoire d’amitié entre un cheval et un soldat, qui décide de s’occuper de la bête après que son frère est tué au combat. Le récit est un peu décousu et manque de matière à lire. Par exemple, une attaque de gaz moutarde survient ; le dessin de Marie Lafrance est superbe de surréalisme. Pourtant, l’auteure, elle, n’évoque en aucune façon ce qui s’est ensuivi après l’arrivée des gaz. Tom est envoyé à cheval porter un message urgent au quartier général. Tout ce qui s’ensuit est qu’il revient à la page suivante.

Le seul véritable exploit qu’accomplira Bunny le cheval sera de contribuer à désembourber une charrette.

J’avoue que la partie qui m’a plu est l’évocation de la participation du Canada au conflit en Europe résumée en deux pages à la toute fin.

Avec une histoire vraie, j’estime qu’on aurait pu faire plus.


Claude Daigneault






Pour laisser un commentaire, remplissez ce formulaire.

Votre nom ou alias
Votre site web
Votre adresse de courriel (optionnel)
Vos commentaires
Vérification pour réduire les pourriels: entrez le numéro affiché ci-contre

Numéro: