Les Éditions de la Noraye

Petite vengeance deviendra grande
Le culte des déesses
Une fille ça ne pleure pas
Les Frincekanoks
Le courage du mouton
ainsi que les albums pour enfants
Une amitié explosive
Le grand projet
Pyro fugue
et
Le visiteur
sont désormais disponibles
en format numéique.
Visitez le site dont l'adresse apparaît
ci-dessous pour les commander.
http://vitrine.entrepotnumerique.com


12,95$


19,95$


12,95$


En vente en librairie





Accueil / Voir nouveaux textes
Voir anciens textes
Livres de l'auteur



À propos de ce blog
Ce blogue est destiné aux gens qui aiment la littérature québécoise et la langue française. L’auteur apprécierait particulièrement que les lecteurs qui connaissent ses livres lui fassent part de leurs commentaires pour qu’il puisse échanger avec eux.

L’actualité littéraire est au cœur des échanges d’opinion possibles et quiconque veut faire connaître ses opinions sur des publications récentes ou faire part de la publication d’une œuvre y est le bienvenu.



À propos de l'auteur
(Sherbrooke, 31 mai 1942- ) Claude Daigneault fait ses études classiques au Séminaire Saint-Charles Borromée de Sherbrooke. Il entreprend une carrière de rédacteur publicitaire à Toronto en 1961, puis il devient journaliste à L'Événement et au Soleil de Québec dès 1963. Il restera au Soleil jusqu'en 1979, tour à tour rédacteur-traducteur aux informations internationales, chroniqueur à l'éducation, directeur de la section Arts et Lettres, critique d’art, de littérature et de cinéma, éditeur des informations internationales et chef de pupitre. Ses fonctions l'amèneront également à faire des reportages dans plusieurs pays. Claude Daigneault quitte le journalisme en 1979 et entre à l'Institut québécois du Cinéma comme directeur, puis administrateur de l'aide à la scénarisation. En 1984, il occupe le poste de directeur des Communications à Téléfilm Canada. Il revient ensuite au journalisme, de 1985 à 1993, alors qu'il est chef adjoint du service français de la Presse Canadienne, puis responsable des textes documentaires. En 1993, il retourne à Téléfilm Canada en tant qu'analyste de scénarios. De 1998 à 2005, il est script-éditeur et scénariste pour diverses compagnies de production de films et de séries télévisées. Depuis, il consacre la majeure partie de son temps à écrire des romans et des nouvelles.

Quelques sites que nous aimons
Suzanne Olivier
De ma culture à la vôtre
Culture Lanaudière
Luciole
Pause lecture

Les Éditions de la Noraye

« Lors même qu’on n’est pas le chêne ou le tilleul, Ne pas monter bien haut, peut-être, mais tout seul ! »

(CYRANO DE BERGERAC, d’Edmond Rostand, second acte, scène VIII)





2015-02-01 - 12:40:01

Et les femmes ?


Cet article de Serge Truffaut paru dans Le Devoir du 24 janvier mérite d'être lu et re-re-lu.


Et les femmes?




Le roi Abdallah est mort. Son frère Salman, 26e fils d’Abdel Aziz al-Saoud, fondateur de l’Arabie saoudite, va le remplacer. Ici et là, on s’inquiète pour les suites diplomatique et pétrolière des choses en occultant le plus grave : le sort infligé aux femmes et aux travailleurs immigrants. Ici et là, on feint d’ignorer que ce royaume est celui de l’abject.


Le tableau dressant la hiérarchie des principaux sujets à traiter dans la foulée du décès d’Abdallah présente… comment dire ? Il relève de l’insalubrité éthique. Car si les conséquences inhérentes à une politique de baisse de prix du pétrole sont abondamment discutées, tout comme le sont les rapports de force qui ont cours avec l’Iran, l’adversaire stratégique no 1, ou encore les relations avec les États-Unis, il en va tout autrement des violences imposées, tous azimuts, aux femmes et aux immigrants qui, elles, sont la traduction physique, matérielle, concrète d’une conception aryenne du monde.


Abdallah enterré, ce qui doit être retenu de son règne c’est que rien n’a été fait pour améliorer ne serait-ce qu’à petites doses le quotidien de la moitié du monde. Et lorsqu’ici et là on avance qu’il a essayé… Non ! Sur ce flanc, il a passé son temps à protéger les privilèges que les hommes se sont accordés, et plus particulièrement ceux des princes et autres oisifs mâles. Dernière illustration de son inanité politique, prochainement un tribunal antiterroriste spécial va juger deux femmes qui ont osé… conduire !


On l’a déjà écrit, on va le réécrire. Dans les années 70, régulièrement les rues des villes occidentales étaient occupées par des millions de personnes qui manifestaient contre l’apartheid imposé aux Noirs d’Afrique du Sud. Dans les premiers mois de sa présidence, Jimmy Carter décréta le boycottage économique et politique contre ce pays. Bon. Cela fait des décennies que les femmes saoudiennes subissent un apartheid d’une violence économique, sociale, culturelle et politique inouïe dans l’indifférence quasi générale.


Dans un texte éclairant car expliquant les causes théologiques de cet apartheid, l’anthropologue Malek Chebel souligne que « l’islam n’a jamais voulu rompre le lien viscéral qui lie religion et politique […] Une telle confusion entre les deux niveaux favorise surtout la religion, car elle se veut l’interface avec le divin […] Géant aux pieds d’argile, l’islam ne trouve pas encore ses marques, ni en tant que civilisation ni en tant que structure de gouvernance. En tant que religion, il pèche par ses minorités agissantes, notamment les plus violentes : en tant que structure de gouvernance, il souffre lamentablement de la multitude de centres de décision […] » Et en tant…


Et en tant que roi de l’Arabie saoudite, que ce soit Abdallah ou Salman, il est le gardien de la version wahhabite du Coran, la version la plus rigoriste qui soit. Si rigoriste en fait qu’elle refuse jusqu’à l’idée de progrès. Elle se veut une contradiction de la modernité. Elle caresse la nostalgie romantique, et donc imbécile, de la vie à l’époque du prophète. Donc des modes de vie du VIIe siècle. La femme était considérée comme un être inférieur, elle doit le rester.


Cela rappelé, on osera tracer la diagonale avec les images prises lors de l’enterrement d’Abdallah et que tout un chacun peut voir. Des images qui montrent des dizaines d’hommes et uniquement des hommes qui prient en fait le Dieu de l’oppression. Des images qui mettent en relief, d’une certaine manière, les énormes difficultés qu’éprouvent les réformistes musulmans. On sait que ces derniers militent, d’ailleurs depuis des lunes, pour qu’une séparation entre la religion et la politique soit effectuée afin que justement le sujet politique s’affranchisse. Mais bon, à l’évidence le pétrole, l’Iran et autres « méritent » plus d’attention. Pitoyable !






Pour laisser un commentaire, remplissez ce formulaire.

Votre nom ou alias
Votre site web
Votre adresse de courriel (optionnel)
Vos commentaires